🎧🖋️Un Blog parfait Vs Le Temps de vivre : Comment trouver l’équilibre ?

❇️ Cela peut vous paraître étonnant, mais un blog parfait n’est selon moi pas un but souhaitable.

❇️ Je vous explique ici pourquoi. Et comment, à la recherche de la perfection, j’ai échappé de justesse au crash et quelles stratégies je mets en oeuvre pour trouver un équilibre entre bloguer efficacement et avoir le temps de vivre.

Vous saurez également de quelle façon je m’apprête à monétiser mon blog, tout en m’adaptant aux circonstances et en faisant uniquement ce que j’aime.

Je réponds ainsi à l’appel d’Elisa Descamps 🙏 pour son évènement inter-blogueurs sur le thèmeréussir mon e-commerce/lancer son blog, qui tombe à pic au moment où je recommence à publier après six semaines d’absence.

❇️ Ne vous attendez pas à lire exactement la même chose que ce que vous lisez ailleurs.

Suivez le guide.

Comment ce blog m’a menée tout droit au burn-out et pourquoi :

Etes-vous comme moi ? Etes-vous soucieux de construire le meilleur outil possible pour développer votre projet ? Votre business en ligne ?

Etes-vous abonné à une bonne dizaine d’infolettres pour ne rien rater de l’actualité de votre secteur ?

Les lisez-vous religieusement de A à Z et archivez-vous dans un dossier spécial tous les articles qui pourraient vous servir un jour ?

Regardez-vous en accéléré toutes les vidéos que YouTube vous propose sur le sujet qui vous occupe avant de vous décider à agir à votre tour ?

Voyez-vous où je veux en venir ou bien dois-je en rajouter ?

Avez-vous passé de longues heures à traquer le plus beau thème gratuit ?

Compilez-vous la liste d’outils merveilleusement pratiques, glanés ici ou là au hasard de vos lectures, pour plus tard, lorsque vous en aurez besoin ?

Si vous faites tout ça, vous faites comme moi, j’ai fait.

❇️ Et vous avez un énorme problème.

J’avais un énorme problème.

Je voulais construire le blog parfait.

Je voulais tout faire bien, obtenir du premier coup des articles en marbre de Carrare, inusables, élégants et pertinents. Aller rapidement de l’avant sans jamais regarder en arrière ni corriger quoi que ce soit.

Et je me plantais. Tout prenait plus de temps que prévu. Rien ou presque ne fonctionnait du premier coup. J’en devenais autiste. Je me triturais la cervelle pour accomplir des miracles en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.

❇️ Ah, ce sentiment d’urgence !

Je n’avais plus de vie hors du bloguing. J’étais devenue une femme clavier. Mon chien me regardait en soupirant, désolé. Mon fils, geek (lui aussi), disparaissait de longues heures dans sa chambre et n’en sortait que pour se faire cuire des pâtes.

Je vivais exactement le contraire de ce pour quoi je m’étais engagée dans le bloguing.

Je n’avais plus une minute à moi. Je devais sans cesse procéder à des réglages, des paramétrages, ingurgiter un tas de nouveaux apprentissages, à la vitesse de l’éclair… si bien que je n’avais même plus le temps d’écrire. Un comble !

Et je ne gagnais pas un sou.

J’en dépensais, même, pas mal. Un hébergement, un nom de domaine : 34 €. Un plug-in pro pour construire de belles pages : 49 €. Un auto-répondeur performant : 89 €. De l’espace en plus dans ma Dropbox : 79 €. Un micro-cravate : 39 €…

Les factures s’accumulaient, la liste des priorités à mettre en place s’allongeait… ma mine aussi.

Construire un premier business en ligne consomme beaucoup d’énergie.

Et de temps. Ceux qui vous disent le contraire vous prennent pour des perdreaux de l’année.

Pour ma part, je m’y suis consacrée intégralement, en dehors de mes heures de travail, depuis juin 2019. Un article minimum par semaine, des échanges sur les forums, les réseaux sociaux, voir toutes les vidéos de formation gratuites de tous les blogueurs qui me tombaient sous la main, les appliquer au fur et à mesure… en développant parallèlement ma compétence dans mon domaine de prédilection : l’écriture.

Et puis, tombé du ciel, à travers les nuages : le confinement !

Par voie de conséquence : plus de travail. Activité professionnelle au point mort. On verra plus tard.

Chouette !

Et me voilà donc seize heures par jour comme une zombie devant mon écran, à taper frénétiquement sur mon clavier ou à tenter de maîtriser un nouvel outil. A travailler mon référencement naturel, à chercher des images, à regarder comment font les autres…

Plus de travail ?

Non. Pas “plu” de travail, “plusse” de travail.

Je travaillais “plusse”, en fait.

Et j’ai bien failli exploser en vol.

C’est mon corps, qui finalement, a dit “Stop !”.

Un moustique est passé par là.

Un petit moustique.

De rien du tout.

Aedes Albopictus, il s’appelle.

On dit aussi “moustique tigre”.

Parce qu’il est rayé, et féroce.

Je n’en pouvais plus de bosser sur ce rogntudju de blog !

J’en étais obsédée, les neurones en ébullition permanente, je planifiais heure par heure tout ce que j’étais censée avoir le temps de faire. J’accumulais les notes et les listes, je raturais, je cochais… je n’en terminais jamais.

❇️ J’étais devenue une cocotte-minute.

C’est alors qu’Aedes Albopictus (un joli nom, n’est-ce pas ?) m’a stoppée net. Aedes Albopictus m’a piquée et comme j’étais épuisée, mes défenses immunitaires au plus bas, tout mon être criant au secours fichez-moi la paix, laissez-moi dormir, il m’a innoculé la dengue.

La dengue est une maladie tropicale qui provoque de fortes fièvres et vous cloue au lit sans énergie durant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, dans les cas les plus sévères.

On en meurt.

Parfois.

citation-apprentissage-blog-ecrire-de-la-fiction

Je n’en suis pas morte.

Merci Aedes Albopictus de m’avoir piquée.

Et merci Grand Papangue, ô Esprit de la Ravine, de m’avoir protégée.

Grâce à toi, Aedes, je me suis enfin fichu la paix, j’ai cessé de m’agiter le ciboulot et je suis redevenue moi-même. Pas moi-même en forme olympique, pas encore, mais moi-même.

J’entends par là que je me suis résolue à ne faire que ce qui me convient le mieux et à laisser tout le reste de côté.

Je dis bien tout le reste.

Disons à appliquer la fameuse loi de Pareto (dont on nous rebat les oreilles sans toujours bien comprendre qu’il s’agit d’une loi de probabilités, donc sujette à fluctuations, et non une loi divine gravée dans le marbre).

Mais quel chemin de Damas, pour en arriver là !

Partie de zéro, j’avais tout à apprendre, tout à décider, tout à mettre en oeuvre, pas à pas. Et bien que j’aie été prévenue, je suis tombée dans à peu près tous les pièges.

Aujourd’hui, un an jour pour jour après que j’ai commencé à publier sur ce blog, je pense pouvoir en tirer quelques leçons.

Qui pourraient servir à d’autres, qui sait ? 🙏

Voyons, comment m’y prendrais-je, si je devais repartir de zéro en sachant ce que je sais ?

Trois conseils qui valent de l’or à l’intention des blogueurs débutants :

Je donnerais uniquement trois conseils, qui m’auraient été bien utiles si je les avais entendus ou lus dès le départ.

conseil-1-blogueurs-blog-ecrire-de-la-fiction

♾️ Conseil n°1 : Forgez des liens en même temps que…

Forgez des liens en même temps que vous apprenez tout ce que vous pouvez sur le bloguing.

Les mots importants sont “en même temps”. Prenez contact avec d’autres blogueurs. Dès le début. Dès vos premiers balbutiements. N’attendez pas de vous sentir “légitime” ou une autre de ces billevesées. Vous êtes légitime, puisque vous êtes sur la toile, en train de bloguer.

Rencontrer très vite d’autres blogueurs est une question d’hygiène. Oui, oui ! Il y a une hygiène du blogueur, proche de celle du sportif de haut niveau, qui consiste, entre autres, à ne pas gaspiller vainement son énergie.

❇️ Pour cela, faites appel à votre instinct de conservation. Ne restez pas seul. La solitude vous fragilise et vous met en danger de… cocotte-minute ! Ne vous confinez pas dans vos listes de tâches.

Vous le savez sûrement, il est important de vous faire connaître de ceux qui sont plus avancés que vous dans votre thématique. Vous leur proposerez bientôt une collaboration, sous forme d’article invité, d’affiliation, ou autre.

Et puis, comment vous démarquer, comment trouver Votre Style, sans avoir une petite idée du paysage déjà en place ?

Lire les blogs de ceux qui ont réussi vous permettra de savoir quels sont les points sur lesquels votre approche diffère de la leur. C’est essentiel pour développer un projet original qui vous ressemble, ce qui est la seule façon de réussir durablement.

Mais, aussi et surtout, contactez des blogueurs dans les domaines où vous n’êtes pas vous-même “au top”. Les domaines qui vous échappent. Les “process” qui vous ennuient. Proposez-leur des échanges.

N’oubliez pas que vous aurez besoin…

Vous aurez besoin de tout un éventail de compétences pour faire tourner votre blog :

  • ✴️ Vous devez vous y connaître un minimum en technique, au moins pour choisir et configurer les plugins qui vous simplifieront la vie, vous repérer dans Google Analytics et Search Console. Vous informer en détail sur ce qu’est un bon mot-clé, savoir avec certitude ce qu’aime l’algorithme de Google… ou être à même de faire des tests pour vérifier le bien-fondé de vos choix.
  • ✴️ Vous devez être formé en business pur. Quels produits marchent et lesquels pourraient marcher ? Comment le vérifier ? Auprès de qui ? Avec quelle méthode ?
  • ✴️ Il faut être un peu administrateur et pas seulement de votre compte Facebook. Quelle est la réglementation commerciale en vigueur dans votre pays ? La réglementation fiscale ? Savez-vous rédiger des Conditions Générales de Vente, vous mettre en règle avec la loi RGPD ?
  • ✴️ Bien sûr, une stratégie de développement est nécessaire. Quoi faire et dans quel ordre ? A quelle fréquence ? Par quel canal ? Quel objectif fixer ?
  • ✴️ Un peu de marketing ne vous ferait que du bien. Comment communiquer avec vos potentiels clients, et d’ailleurs comment (où?) les trouver ? Comment transformer vos faiblesses en atouts et le faire savoir ?
  • ✴️ Enfin, vous devez maîtriser la forme. Savoir écrire. Correctement. Sans faute. Construire un argumentaire. Développer une idée. Et trouver une façon naturelle de vous adresser à votre lecteur qui soit votre marque de fabrique.

Il existe des communautés solides et compétentes.

Appuyez-vous sur elles.

Ce sont celles qui regroupent les élèves des différentes formations, par exemple celle deBertrand Millet, Antoine BM, André Dubois, Olivier Roland

Bien sûr, pour y avoir accès, vous devez intégrer une de leurs formations. Vous n’avez peut-être pas les moyens. Certaines sont très chères, d’autres beaucoup moins. Je vous engage à faire un petit tour sur leurs différents sites, vous y trouverez énormément de ressources gratuites.

Très vite, vous vous sentirez plus proche de l’un ou de l’autre. En connexion. Allez-y. C’est la bonne personne.

Un mentor, un formateur, c’est un peu comme un toubib.

On n’a pas envie de confier sa santé (et ses petits ennuis) à un type en blouse blanche qui nous regarde de haut comme si on était un morceau de barbaque ambulant. Quelqu’un qui parlerait un langage compréhensible et qui aurait vraiment à coeur de nous aider aurait notre préférence, n’est-ce pas ?

Quand vous aurez trouvé cette personne, vous trouverez aussi les moyens d’acheter la formation qu’il vous faut pour développer votre business en ligne.

Sinon, c’est que vous n’en avez pas besoin. Félicitations.

❇️ Ou alors… que vous vous montez le bourrichon en croyant pouvoir tout faire tout seul.

Une question : Pensez-vous vraiment faire des économies en refusant de claquer quelques centaines d’euros pour acquérir la compétence qui vous fait défaut ?

Dites-moi aussi : Quel est donc votre (véritable) objectif en montant votre blog ?

En attendant le jour où vous rejoindrez enfin une communauté

En attendant ce jour, fréquentez un groupe ou deux, par exemple sur Facebook, dédiés au bloguing.

Il en existe de nombreux, testez-les et ne retenez que celui où vous vous sentez chez vous.

Certains groupes permettent de répondre aux questions que vous vous posez sur la meilleure stratégie à adopter, les outils à votre disposition, le référencement naturel (SEO), la meilleure fréquence de publication… D’autres sont plus techniques, mettent les mains dans le cambouis des paramétrages.

❇️ N’oubliez pas d’apporter d’abord un peu de valeur vous-même, de partager et de répondre à des questions avant de poster vos interrogations existentielles. C’est la clé pour obtenir des réponses à votre tour. 🙏

Vous verrez. Beaucoup de blogueurs sont altruistes avant tout et l’entraide existe vraiment dans cette communauté atypique. J’y ai “rencontré” des personnalités magnifiques à qui j’accorde toute ma confiance, bien que nous n’ayons jamais communiqué qu’à distance.

citation-raisons-agir-blog-ecrire-de-la-fiction

Quoi que vous fassiez pour nouer des liens

Souvenez-vous toujours des raisons pour lesquelles vous le faites :

  • ✴️ On est toujours meilleurs à plusieurs. Plus perspicaces. Plus créatifs. Plus rapides.
  • ✴️ Il n’y a rien de pire que de ramer tout seul dans son coin sans savoir si on va arriver quelque part et de n’avoir personne avec qui parler de l’aventure (et de la révolution) que l’on est en train de vivre.
  • ✴️ Les autres sont le miroir de nous-même et les relations nous permettent de savoir où nous en sommes.
  • ✴️ La vie est plus gaie et plus intéressante lorsqu’on partage les étapes importantes avec d’autres… Vous êtes bien dans une étape importante, n’est-ce pas ?

Oh, bien sûr, vous pourriez vous contenter de parler autour de vous de ce que vous avez entrepris. Mais je prends le pari que vous cesseriez bientôt, car la plupart des gens qui évoluent hors de l’univers du bloguing ne seront jamais à même de comprendre exactement ce que vous faites.

❇️ Autant de fois vous leur expliquerez, autant de fois vous vous heurterez aux mêmes questions de leur part (Gagner de l’argent sur internet ? C’est pas une arnaque, au moins ?), ou pire, à la même moue dubitative (Comment dis-tu ? Infopreneur ? Kesako ? Tu y connais quelque chose, toi, dans les formations en ligne ? ).

❇️ Ou pire encore (si, si, c’est possible !) à une négativité sans fond qui risque bien de vous saper le moral au moment crucial (Tu sais, tu n’es pas le seul, il y en a beaucoup qui s’y sont cassé les dents. Si tu n’as pas le bon piston, tu n’iras pas très loin.)

La solution : nouer des relations de blog à blog pour échanger en connaissance de cause. En profondeur, de préférence.

Sans compter que parmi tous les blogueurs avec lesquels vous aurez discuté durant tous ces mois, il s’en trouvera peut-être un (ou une) qui sera plus compétent que vous dans un domaine que vous n’aimez pas, mais qui, lui (ou elle), le fait kiffer.

Quelqu’un qui pourra vous apprendre, vous montrer, ou à qui vous pourrez déléguer en toute confiance… et finalement fera partie de vos ressources les plus précieuses.

Prenez garde à rester sincère et transparent dans votre approche. Ne nouez pas des liens pour nouer des liens. Voyez avec qui vous avez vraiment envie de discuter, avec qui vous vous sentez bien. 🙏

Le plus important n’est pas ce que vous apprenez.

Le principal, c’est auprès de qui vous l’apprenez.

Vous le savez bien, d’ailleurs.

Aller au cinéma lorsqu’on est seul, c’est pas mal. Mais regarder un bon film à la télévision avec des amis, c’est beaucoup mieux, non ?

Vous souvenez-vous de tout ce que vous avez ingurgité, de gré ou de force, à l’époque où vous fréquentiez assidûment les salles de classe (de force ou de gré ! ) ?

Je parie que non.

En revanche, vous avez bien gardé en mémoire la personnalité des professeurs avec qui vous les avez partagées, ces salles de classe.

Non ?

conseil-2-blogueurs-blog-ecrire-de-la-fiction

♾️ Conseil n°2 : Ensuite oubliez vite.

Oubliez-en les 3/4 et concentrez-vous sur ce qui vous ressemble vraiment.

Cette fois-ci, j’ai bien appris la leçon.

Mon blog porte sur l’écriture.

C’est ce que j’aime faire.

Ce qui me fait kiffer.

Là que je m’épanouis.

Là que je donne toute ma mesure.

Pourquoi alors me prendre le chou pour monter une chaîne YouTube ou poster des photos débiles de moi sur Instagram en train de manger des côtelettes de kangourou à la salsepareille ?

  • ✴️ Parce que les autres le font ?
  • ✴️ Parce qu’on me dit que c’est ce que je dois faire aussi ?
  • ✴️ Parce que YouTube est le média qui a le vent en poupe ?

Il faudrait ainsi que je sois présente sur Facebook, sur Instagram, sur YouTube, sur Quora, sur Pinterest, sur Linkedin, sur TumblR, sur Telegram…

❇️ Mais ça me barbe !

❇️ Ça me fatigue !

❇️ Ça ne m’intéresse pas !

D’autres font ça très bien.

Je le leur laisse.

Moi, mon kif, c’est l’écrit.

Et mon audience naturelle, ce sont les gens qui écrivent.

Et bien écrivons, Cornegidouille !

Maintenant que l’étape obligatoire de l’ingurgitation forcenée de nouvelles connaissances est enfin révolue, me voilà prête à faire les choix qui s’imposent.

Mon métier, c’est Ecrire !

Les choix qui s’imposent sont :

  • ✴️ Je continue d’écrire des articles, sans ménager mon clavier (la preuve !).
  • ✴️ Le réseau social qui peut m’aider à constituer une audience en me demandant le moins de travail possible, c’est Pinterest ! D’ailleurs vous avez dans cet article un aperçu de comment je l’utilise.
  • ✴️ Tailwind me permet de programmer tout ce dont j’ai besoin afin d’y passer le moins de temps possible. Je vais me pencher dessus sérieusement, ce que je n’ai pas encore pris le temps de faire, empêchée dans mon énergie par Aedes Albopictus !
  • ✴️ Enregistrer des podcasts m’amuse et me permet de faire connaître mes fictions. Je garde.
  • ✴️ Lorsque mon audience aura un peu grandi, je proposerai un groupe Facebook, sur lequel je nommerai plusieurs administrateurs. Pour le moment j’ai une page, que j’anime a minima en postant mes articles automatiquement et quelques infos pertinentes du monde littéraire.

Et c’est tout !

Tout le reste, je le délègue !

Car j’ai forgé ces relations précieuses dont je vous parlais plus haut.

Les personnes ressources, je les ai trouvées. Sans les chercher !

J’ai eu l’occasion de tester leurs compétences en faisant avec elles un échange de bon procédé.

A force de lire des articles chez les uns et les autres, j’ai en effet pris conscience que chacun d’entre eux, même le plus pointu, contenait une certaine quantité de fautes ou de maladresses qui auraient pu être évitées.

J’ai compté, dans un article de référence d’une blogueuse pourtant compétente en écriture, jusqu’à 67 fautes d’orthographe. Dans un article de 3000 mots, mais quand même !

Car on n’est pas soi-même la meilleure personne pour se relire. Il est plus difficile de corriger ses propres textes que ceux d’un tiers. C’est comme ça. Au bout d’un moment, on ne voit plus rien.

J’ai donc, en échange de compétences que je ne maîtrisais pas, relu et corrigé des articles, des bonus, des outils marketing, en me concentrant sur ce que je sais faire, écrire et raconter des histoires.

En échange, j’ai bénéficié des lumières de Benjamin Jansen 🙏 en matière d’optimisation des conversions de mon blog et de celles de Natacha Besel 🙏 pour comprendre ce qu’est le SEO et comment booster mon référencement naturel. Aurore Husson 🙏 m’a aidée à piger le fonctionnement de Pinterest et à optimiser mes articles pour cela. Gabrielle 🙏, graphiste professionnelle, a réalisé mon logo et mes outils de com, logo qui apparaîtra bientôt sur mon blog nouvelle formule.

Et d’autres encore… 🙏 Tous ceux et celles qui ont les compétences complémentaires aux miennes sont à portée de mail pour me tirer d’affaire le cas échéant.

conseil-3-blogueurs-blog-ecrire-de-la-fiction

♾️ Conseil n°3 : Restez disponible.

Soyez prêt à saisir l’opportunité qui se présente.

(En demeurant fidèle à vous-même)

Pendant ce temps, le coronavirus et son cortège de galères en série est passé par là.

Moi j’avais encore la tête dans le guidon et je m’obstinais toujours à tout voir, tout comprendre, tout faire bien.

H24 puisque mon travail auprès de l’association Ecole du Jardin planétaire 🙏, à La Réunion, où je vis, s’était arrêté je vous le rappelle en même temps que commençait le confinement.

Puis la dengue, fameuse maladie tropicale, puis la convalescence… finalement, le déconfinement.

Chouette !

Ah ben tiens, l’association Ecole du Jardin planétaire n’a plus de travail pour moi !

N’ayant pu assurer ses activités, c’est-à-dire ateliers, formations et actions de terrain, durant trois mois, l’asso n’a plus un rond.

Et moi non plus.

❇️ Arghhh !

Je me suis retrouvée sans ressources financières.

A très brève échéance : il faut agir.

C’est en sciant que Léonard de Vinci et c’est là que l’évidence m’est apparue dans un halo doré au son d’une céleste musique.

Bon sang, mais c’est bien sûr !

– Dites-moi, Amis Blogueurs ! Ce que j’ai fait pour vous, la relecture et la correction de vos fautes d’orthographe, de syntaxe, de grammaire, que sais-je encore, ça vaut quelque chose, selon vous ?

– Oh que oui ! Quelle bonne idée ! Tu devrais ouvrir un service en ligne !

– Vraiment ? Qu’y avez-vous gagné de plus important ?

– Du temps ! Beaucoup de temps ! Pour se concentrer sur ce qu’on aime faire et développer notre blog ! Et on a, grâce à toi, une vitrine irréprochable.

Bon, je vous la fais courte, car en vérité, j’ai eu de nombreux échanges et des conversations passionnantes à ce sujet avant de me décider.

Mais ça y est, je suis décidée.

C’est tellement évident.

  • ✴️ J’ai commencé mon blog pour publier de la fiction et aider les autres apprentis auteurs à écrire de la fiction.
  • ✴️ Chemin faisant, je me suis formée.
  • ✴️ Je suis devenue une bien meilleure écrivaine.
  • ✴️ J’ai maintenant des notions avancées de bloguing.
  • ✴️ J’ai identifié un problème récurrent rencontré par les blogueurs : un blog mal orthographié ou un mauvais storytelling les rangent dans le camp des amateurs et sont préjudiciables à leur activité.

Je me prépare donc à lancer un service de relecture dédié aux blogueurs afin de leur faire gagner du temps et de leur offrir une vitrine irréprochable.

Je compte environ trois semaines à partir d’aujourd’hui pour reconfigurer mon blog dans ce sens. Peut-être moins. En attendant, j’ai commencé en catimini…

Mais attention ! Notez bien que :

Uniquement grâce à la “pause dengue”

Heureusement, j’étais “en pause”.

Si j’avais été en train de courir comme d’habitude pour terminer le prochain article, enregistrer trois podcasts dans la journée pour gagner du temps sur la semaine prochaine ou ingurgiter toutes les méthodes de travail de tous les blogueurs de la planète, jamais je n’aurais eu la présence d’esprit de me dire “Tiens ! Je pourrais proposer un service en ligne.”

La réorientation de ce blog, au lieu de l’abandon pur et simple, a été rendue possible parce que j’étais “en pause dengue”.

Vous trouverez pléthore de méthodes de productivité sur la toile. On vous explique comment produire plus en moins de temps. C’est très bien.

On vous incite aussi fortement à planifier votre calendrier éditorial sur plusieurs mois, afin d’avoir toujours un coup d’avance. Le lundi, vous faites ceci, le mardi, cela. Le mercredi, vous en êtes là. Le jeudi, n’oubliez pas de… Ainsi de suite jusqu’au dimanche soir où, si vous avez bien tout réalisé dans les temps, il vous restera deux heures pour sortir boire un cocktail de fruits frais avec des amis avant de vous écrouler comme une masse dans votre plumard douillet.

Pour certains d’entre vous, c’est la bonne méthode. Puisque d’autres l’appliquent, elle doit fonctionner. Mais contrairement à ce que voudraient nous faire accroire les vendeurs de rêve, nous ne sommes pas tous conçus sur le même modèle.

❇️ Par exemple, en ce qui me concerne, la planification à outrance est une catastrophe.

Je suis constituée en grande partie d’une fibre artistique. Artiste plasticienne en plus d’écrivaine, j’expose une ou deux fois par an, en fonction de ma production et des opportunités.

❇️ Or, la fibre artistique est réfractaire à la planification. Elle a besoin de temps de repos, d’exploration, de macération.

Elle a besoin de pouvoir s’étirer ou se contracter selon le moment, se tordre vers le Sud s’il fait froid ou vers l’Ouest en cas de passage de baleines dans l’Océan indien… La fibre artistique doit pouvoir s’adapter aux conditions au jour le jour pour donner son plein rendement : l’inspiration.

Planifier des mois de travail heure par heure est le meilleur moyen de la voir se ratatiner. Elle se dessèche et meurt. Or, j’en ai besoin. Je ne sais pas écrire, je ne sais pas peindre, sans inspiration.

❇️ Enfin si, je sais. Je connais les techniques. Mais quel ennui profond, de devoir appliquer une technique sans s’occuper d’y tisser un peu de l’Essence du Monde ! Il y aurait de quoi tomber malade !

Merci encore Aedes Albopictus, mon frère moustique.

Grâce à toi, j’ai résolu de me consacrer uniquement à l’art et à l’écriture, ce qui est bien mon projet de vie.

Et même si cela prend une forme que je n’avais pas envisagée, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée depuis l’ouverture de mon blog.

Jamais je n’aurais eu le temps.

Sans Aedes, jamais je n’aurais eu le temps de m’arrêter sur cette idée afin de la laisser mûrir.

citation-meilleure-ressource-blog-ecrire-de-la-fiction

Sur ce point encore, je sais que vous me comprenez.

Par exemple, lorsque j’ai lu l’appel à texte d’Elisa Descamps sur le thème “réussir mon e-commerce/lancer son blog, j’aurais pu répondre, comme de nombreuses personnes du groupe sur lequel elle l’a publié : “C’est un thème très intéressant mais j’ai déjà trois articles en cours et je n’aurais pas le temps d’y répondre, la prochaine fois peut-être.”

C’est ce que j’aurais répondu sans hésiter si j’avais eu la tête dans le guidon comme six semaines plus tôt. Combien de fois avez-vous fait ce type de réponses à des sollicitations qui pourtant vous intéressaient ?

Et voici donc le pourquoi de mon troisième conseil, restez disponible pour répondre aux opportunités qui se présentent.

Plus jamais !

Plus jamais je ne planifierai mon temps jour par jour, heure par heure sur plus d’un mois.

C’est promis.

Juré.

Craché.

❇️ La productivité, c’est comme un gros mot.

❇️ Ça vous oblige, ça vous alourdit, ça vous enchaîne, sous prétexte de vous faire du bien.

Aedes, mon ami, tu vas devoir trouver d’autres arguments que le ras-le-bol pour me mettre à terre la prochaine fois.

Je jure solennellement de :

  • ✴️ prendre le temps de m’asseoir tranquillement sur ma terrasse lorsque j’en ai envie,
  • ✴️ continuer d’apporter du soin à mon petit jardin, dans lequel commencent à pousser quelques légumes et quelques fruits depuis que j’y retourne un peu tous les jours,
  • ✴️ promener mon chien dans la forêt (et moi-même par la même occasion) plusieurs fois par semaine,
  • ✴️ me rendre disponible pour répondre à tous les appels à textes qui attireront mon attention, événements inter-blogueurs ou concours de nouvelles,
  • ✴️ terminer l’écriture du conte “Les Histoires vraies du Bougreloche” et du roman “Toute la Lumière” que j’ai commencé à publier ici.

Bien sûr, il faudra quand même travailler. Monter un service en ligne, le faire connaître, assurer des prestations rapides et performantes, c’est un vrai taf. Le travail n’est pas un problème. Mais jamais plus je ne me laisserai submerger par la charge de travail.

Jamais plus que je ne peux en faire.

Et si jamais ça cartonne ? (Ca va cartonner !)

Et bien c’est simple.

J’embauche.

Je délègue.

En conclusion : Le crash n’est pas une option.

J’espère sincèrement que ces trois conseils vous serviront. Qu’ils vous aideront à ne pas lâcher l’affaire mais à la vivre avec moins d’urgence et plus de discernement.

Votre première ressource

N’oubliez jamais que votre première ressource, ce ne sont pas vos contenus, aussi optimisés soient-ils. Ce n’est pas non plus votre liste d’adresses.

Votre première ressource, c’est vous-même !

Dès lors que vous tirez un peu trop fort et trop longtemps sur la corde de la “productivité” (pouah!), dès lors que vous mettez votre équilibre physique ou mental en danger, vous risquez de tout perdre. Le plaisir, l’énergie, l’envie et pour finir, la santé. Car c’est bien l’envie qui vous maintient… en vie !

Pour ma part, je prépare mon blog pour ouvrir officiellement le service de relecture que j’ai soigneusement pensé pour les blogueurs et les écrivains en herbe, et je fais appel aux compétences multiples de ma communauté de blogueurs pour m’y aider. Une “landing page” adaptée, quelques témoignages, un bouton Paypal ou CB, et des CGU-CGV en argent massif, pour très bientôt.

Et un nouveau logo qui m’ira comme un gant, grâce à Gabrielle.

🙏 A vous, je souhaite sincèrement tout le meilleur pour la suite. 🙏

Même et surtout ce que vous ne prévoyez pas

N’oubliez pas non plus que c’est dans l’imprévu que réside la beauté des choses, imprévu qui ne pourra s’exprimer qu’à condition que vous lui cédiez un peu de place.

Partager l'article :
  • 40
    Partages
  •  
  •  
  • 40
  •  
  •  

16 réponses à “🎧🖋️Un Blog parfait Vs Le Temps de vivre : Comment trouver l’équilibre ?”

  1. Superbe article…. c’est marrant je me reconnaît dans le perfectionnisme. Comme toi au début on veut aller voir les uns et les autres pour voir ce qu’ils peuvent nous apporter de plus. On se rend compte qu’à la fin de la journée nous n’avons pas fait plus la moitié de notre travail.
    Effectivement avançons avec notre savoir-faire.
    PS : La Réunion une belle île, vécu 6 ans 1/2😉

    1. Et oui… Less is more. En faire moins et mieux, c’est mon secret (de polichinelle).

  2. En relisant une seconde fois ton article, m’est revenue en tête une phrase que mon ancien chef me disait parfois : “le mieux est l’ennemi du bien”… A méditer même si je comprends (pour le vivre parfois) la tentation de se laisser emporter par sa passion.

  3. Waw quel article ! Merci pour ce partage 🙂 C’est ce que j’appelle un article prenant…

    Tu devrais réfléchir à proposer (en plus de tes services de relectures pour les blogueurs), de la rédaction de contenu web (copywriting) pour les sites des entreprises ou commerces de ta région.

    À très vite 😉

    1. Je proposerai aussi d’écrire des articles ou des outils de com… mais ça sera plus cher.

    2. J’ai déjà beaucoup à faire, mais pourquoi pas. Merci pour tes encouragements.

  4. Merci pour cet article. Tu as raison sur de nombreux points. En effet, tout se construit pas à pas et si on attend d’avoir quelque chose de parfait pour publier, promouvoir ou se présenter aux autres blogueurs, on perd un temps fou. Mieux vaut fait que parfait, comme dit l’adage. Tout le monde commence petit, et mieux vaut avancer peu à peu que courir et s’épuiser. Ici aussi j’ai fait une pause “blogging” pendant le confinement pour pouvoir m’occuper correctement de moi, de mon couple et surtout de ma fille de 3 ans. Car aucun blog ne remplacera les gens qu’on aime 😉

    1. Oui les pauses sont nécessaires… au risque de fâcher Google.

  5. Super ton article !! Merci à toi…
    Si on ne fait pas attention, on peut aller droit dans le mur avec le blogging. Personnellement, il m’arrive de faire des cures sans « réseau » pour me concentrer sur mes objectifs plutôt que de papillonner avec toutes les choses à faire pour le blog. Étape par étape et s’y tenir. Facile à écrire moins facile dans la réalité.

    1. Ca me rassure un peu de voir que je ne suis pas la seule à vivre ça. Merci Aurore.

  6. pierrefavrebocquet dit :

    Un témoignage prenant Sylvie !
    Tu as parfaitement raison de remettre le travail à sa place. Un jour, dans une entreprise ou j’animais une formation, une phrase écrite dans le hall d’accueil à retenu mon attention. Elle disait quelque chose comme “Vous venez au travail pour gagner votre vie, pas pour la perdre”.
    Cette phrase faisait référence au accident du travail et, bien que le burn out ou les moustiques n’en fassent pas partie, elle me semble retentir de la même manière que ton article. Travailler c’est bien, vivre c’est mieux.
    Remet toi bien de tout cet épuisement !

  7. Superbe article ! On sent la sincérité dans tes propos et pour avoir débuté dans ce “monde du blogging” en même temps que toi, je dois dire que tu as parfaitement décrit les risques et les travers de cette “passion”… Se laisser emporter par son envie (bercé par les promesses et les résultats des autres) en oubliant que nous sommes tous différents. Merci pour ce très très joli témoignage qui parlera à plus d’un BP 😊

    1. Pas seulement à un BP mais à tout blogueur débutant. Merci Nico pour ton commentaire.

  8. Bravo pour cet article, très beau retour d’expérience. j’aurai aimé le lire avant de commencer mon blog.

    1. Entre nous, moi aussi ! Merci pour votre commentaire.

Ecrivez un commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.

Recevez gratuitement votre guide  "Les règles de la ponctuation en français" ainsi que mes 7 recettes et 7 exercices

pour surmonter le blocage de l'écrivain.

%d blogueurs aiment cette page :