🎧📖Podcast Les Histoires vraies du Bougreloche [préambule]

Conteuses, de mère en filles

Des-piles-Ă -lire-plein-la-maison
Des piles de livres dans toutes les pièces !

Aussi loin que je me rappelle, je revois maman un livre ouvert en mains. Elle incline la tête en avant et me regarde par dessus ses lunettes de lecture. Sourcils haussés, le regard pétillant d’intelligence, elle écoute patiemment mes doléances, ou bien vérifie que je suis toujours là, concentrée sur mes devoirs.

Elle est assise, de préférence à la table de la cuisine mais parfois aussi dans le salon. Elle écrit dans son grand cahier. Les mots s’enchaînent de sa petite écriture penchée et soignée, venant d’un temps où les écoles n’étaient pas mixtes et où il fallait s’appliquer, chaque matin, vingt lignes d’écriture cursive avant de commencer la leçon du jour .

le la les lui leur

– Appliquez-vous ! N’oubliez pas la majuscule !

Loin lent loup loir leçon

– Attention à la cédille ! Rangez les cahiers d’écriture, prenez les cahiers de mathématiques !

Maman écrit. Maman lit. Dans la grande maison de famille, ce qu’on trouve le plus, ce sont des livres. Toutes sortes de livres. Dans chaque pièce, chaque recoin de fenêtre, à cheval sur le bras de chaque fauteuil, aux toilettes et dans la salle de bain, dans les placards de cuisine, les armoires des quatre chambres à coucher du premier étage, sur les étagères du couloir, dans le cellier, et, par milliers, au grenier, sont alignés, entassés, empilés, stockés, parfois dans un équilibre instable et parfois sagement rangés par collection, des tonnes de livres. Romans, biographies, livres d’Histoire et livres d’histoires, contes, essais, recueils de poésie et recettes de cuisine, qui se ressemblent parfois, vieux livres d’école – qu’on appelle pas encore manuels scolaires -, almanachs, pièces de théâtre – les classiques -, bandes dessinées qui ne s’appellent pas non plus encore comme ça, on dit « illustrés ».

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧📖[podcast] "La naissance des Tatous"

Des livres reliés, des livres de poches, des livres dorés sur tranche et des albums pour enfants, quelques encyclopédies, deux ou trois catalogues. Mais surtout des romans. De jeunesse, de gare, de bibliothèque… Tous les Gradbury, tous les Texbrayat, tous les Stan Antonio, tous les Londone, tous les Gilles Vernes, Zoula, Hougo, Baupassant, Razimov,… Et tant d’autres !

Tous les Flip Kadick. Impossibles à énumérer, les auteurs de la bibliothèque familiale sont de tous poils et de toute figure, se mélangeant sans vergogne, se côtoyant au petit bonheur.

C’est pour moi, enfant, comme si je disposais à domicile d’une mine de diamants privée qui contiendrait aussi des filons d’émeraude et de rubis et d’améthystes et de saphirs et d’opales et de tourmaline et d’aigues-marines et de chrysocolles et de toutes les autres – des perles de culture, dirait maman.

Ma jeunesse est emplie de livres et maman compile soigneusement ses observations dans son cahier. Elle raconte. Comme sa mère avant elle et la mère de sa mère encore avant, maman est conteuse de réalité. Quand elle ne conte pas, elle lit. Et réciproquement.

J’ai hérité de tout ça. La maison, les livres, les cahiers, et plus important encore, les gènes. Je lis, je conte, perpétuant fidèlement cette kyrielle de bonnes femmes de papier qui remonte jusqu’à mon aïeule Eglandune, la première dont on se souvienne dans la longue lignée féminine qui aboutit à moi, Gordalune de Bois d’Orage.

A ce que j’ai toujours entendu dire dans la famille, Eglandune, pourtant, était dotée d’un profond manque d’imagination, doublé d’un grand sens moral. Jamais elle n’aurait inventée une seule des histoires qui l’ont rendue célèbre. Elle en aurait été bien incapable. Jamais, Ô Grand Jamais, elle n’aurait travesti la vérité, s’en tenant à relater fidèlement les péripéties de sa longue vie aventureuse, sans rien omettre, brodant peut-être un peu ici ou là pour une question de style, trois fois rien.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧📖Podcast Histoires vraies [#4] Introduire de nouveaux personnages

Comme vous le verrez, elle prit une part non négligeable dans les événements qui allaient changer pour toujours la face du monde. A son retour, elle consigna son aventure, point par point, afin que la vérité ne se dilue pas dans les méandres de la mémoire et de la tradition orale. Depuis cinq générations, nous respectons scrupuleusement sa volonté, en transmettant sa vérité.

Pour cette raison et nulle autre, je suis à même aujourd’hui de raconter la seule histoire qui soit parfaitement vraie. Ne croyez pas que j’y trouve un quelconque mérite. Chacun y va de son petit couplet, répand sa propre version, fait dire à celle-ci ou à celui-là ce qui l’arrange pour étayer sa conception du monde, mettant dans la bouche des personnages des dialogues stupides ou brillants, animant des marionnettes comme on joue du violon pour tirer de l’assistance des larmes ou des rires selon son humeur et promouvoir une morale qui est, n’hésitons pas à le dénoncer, souvent discutable.

Quant à moi, je n’ai tout simplement pas le choix. Bien que mon imagination soit tout à fait fertile, je dois à mon illustre aïeule de transmettre cette histoire telle qu’elle m’a été racontée, sans en modifier une seule virgule. J’ai donc décidé, quoiqu’il m’en coûte, de m’y plier pour l’édification des futures générations, car au bout de cette lignée de conteuses émérites, il n’y a plus que moi, qui n’ai enfanté que des fils.

Or, les fils ne sont pas capables de transmettre quoi que ce soit sans le dénaturer. C’est plus fort qu’eux, il faut qu’ils enjolivent, qu’ils amplifient, qu’ils améliorent. Qu’ils impriment leur empreinte sur tout ce qu’ils approchent.

Mais Eglandune peut dormir tranquille. J’ai résolu de vous dire mot pour mot l’histoire toute nue, toute crue. Vous pouvez prendre des notes. Nulle part ailleurs vous n’entendrez cette version, qui est pourtant la seule véridique.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧Podcast Mes Petits Lus #1 Marcel AymĂ©

empathie

Vous venez donc de lire le préambule de “Les Histoires Vraies du Bougreloche”.

➡️Chapitre suivant

J’ai écrit un article sur les 4 clés pour captiver le lecteur dès les premières pages, dans lequel je parle de ce préambule, mais pas que. J’y ai joint un podcast, ans lequel vous pouvez entendre ce texte, plus celui de l’article. C’est par ici :

➡️4 clés pour captiver votre lecteur dès les premières pages.

Posez vos questions en commentaire, ou continuez de m’écrire au moyen du formulaire de contact que vous connaissez bien maintenant et que vous trouverez ici.

Partagez cet article dans vos réseaux sociaux, vous me rendrez un grand service.

Je prépare un second blog pour y partager mes travaux plastiques. Je vous tiendrai au courant de sa publication.

Enfin, vous êtes libres de préférer les polars. Ça tombe bien. Sur ce blog vous pouvez aussi lire Toute la Lumière, en cliquant ici.

Merci.

A bientĂ´t.

Lire le chapitre suivant ➡️

Partager l'article :
  • 9
    Partages
  •  
  •  
  • 9
  •  
  •  

14 rĂ©ponses Ă  “🎧📖Podcast Les Histoires vraies du Bougreloche [prĂ©ambule]”

  1. Bonjour !
    Effectivement, les premières pages sont super importantes. Il y a deux jours, j’ai dĂ©butĂ© un livre, qui commençais comme ça :” ma vie est devenue beaucoup plus compliquĂ©e le jour oĂą je suis mort”. J’ai mordu Ă  l’hameçon et je suis dĂ©jĂ  Ă  la fin !

    1. Oui 🙂 c’est ça l’idĂ©e… surprendre pour donner envie de lire la suite ! Quel est ce livre ? AS-tu lu “Les amours d’un fantĂ´me en temps de guerre “, de Nicolas de CrĂ©cy ?

  2. Merci Nico ! Le SEO j’essaie… mais c’est haut je sais… nan je plaisante… le SEO ça me demande beaucoup d’heures de travail que je prĂ©fĂ©rerais occuper Ă  autre chose… et j’en perds des cheveux Ă  dĂ©faut d’y laisser des plumes. 🙂

  3. Merci pour cet article doublĂ© d’un podcast ! C’est top !! Chacun a le choix et tu ne te prives pas des bienfaits du SEO.. N’as tu jamais Ă©tĂ© intĂ©ressĂ©e par devenir rĂ©dacteur web ? Si tu complètes ton talent + ton gout pour l’Ă©criture par de la technique SEO = une redoutable combinaison… Good job en tous cas !

  4. Super intĂ©ressant ! Ca m’a toujours fascinĂ© de voir qu’avec quelques mots on peut t’arracher du rĂ©el et te faire voyager. Merci

  5. La question qui me vient est “peut-on vraiment considĂ©rer quoi que ce soit comme la vĂ©ritĂ© absolue et unique ?”
    Bon début cela dit, ça donne envie de lire la suite. 🙂

  6. J’ai lu ,r.a.s
    Je suis toujours sous l’Ă©tonnement de te dĂ©couvrir douĂ©e Ă  l’Ă©criture…mais je ne serai pas un bon critique…je te mettrai ” lue” pour que tu saches que je te suis …et d’autres commentaires si cela me vient.
    Dans ce cas …oĂą as tu dĂ©busquĂ© ces noms!!
    À bientôt

    1. Je ne rĂ©siste pas Ă  un jeu de mot rigolo, tu sais bien. Et puis “Les histoires vraies…” se passe dans un pays imaginaire. Je dĂ©marre sur un ton très rĂ©aliste mais il faut bien que je “bascule” le lecteur (la lectrice !) dans mon univers de fiction. Je suis contente que ça te plaise toujours. Merci pour ta fidĂ©litĂ© qui me va droit au cĹ“ur, cĂ©leste Maya !

  7. et bien ça me rappelle ma mère Ă©galement qui me faisait faire mes devoirs et s’acharnait tellement sur moi après le diner que je m’endormais dans mon assiette. Elle voulait tellement que j’y arrive et j’y suis arrivĂ©e! Belle Ă©criture en tout cas. Et j’ai adorĂ© la façon dont tu nous fais entrer dans l’histoire

  8. Je n’ai pas bien compris les contrefaçons de noms d’auteurs haha.
    Merci pour ce petit article, cela me rappelle ma mère, également.
    Arthur

    1. Merci Arthur pour ton commentaire. Il s’agit d’installer rapidement l’univers de fiction qui va se dĂ©velopper durant la suite du rĂ©cit. Je dĂ©marre du rĂ©el et Ă  partir de lĂ  je tisse dans l’imaginaire. La suite bientĂ´t.

Ecrivez un commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.

Recevez gratuitement votre guide  "Les règles de la ponctuation en français" ainsi que mes 7 recettes et 7 exercices

pour surmonter le blocage de l'Ă©crivain.

%d blogueurs aiment cette page :