ECRIRE UN ROMAN ET MONTER UN BLOG : UN CHANTIER 2019 QUI DEBORDE SUR 2020

Une nouvelle année, une nouvelle dizaine.

L’occasion où jamais de faire le point sur ce que j’ai accompli jusqu’ici, avec Ecrire de la fiction.

L’écriture d’un premier roman est un processus créatif exigeant.

La création d’un blog qui marche en est un autre.

Première surprise, je me suis rendue compte que les deux démarches, qui pourraient sembler opposées, Création Vs Technique, ne le sont pas en définitive et répondent aux mêmes impératifs.

Voyons ça de plus près.

Une nouvelle année
Toute la lumière, un titre idéal en fin d’année

Écrire un roman et créer son blog sont deux aventures de longue haleine. Il faut, pour y parvenir, une motivation à toute épreuve, mettre en œuvre une méthode si possible éprouvée, faire preuve d’une rigueur sans faille dans la poursuite des objectifs.

Entretenir la motivation

Côté motivation, je ne me débrouille pas trop mal avec le système des vases communicants que j’ai mis en place. Je m’explique.

La motivation pour écrire est alimentée par la nécessité de publier, le désir de trouver une audience pour le roman nourrit l’énergie nécessaire pour suivre la formation et appliquer les méthodes.

C’est l’écriture, cependant, qui tire la locomotive, sans quoi je serais tout à fait capable de passer à autre chose rapidement.

Mettre en œuvre une méthode

Côté fiction

J’ai beaucoup appris – et ça continue – en m’inspirant uniquement des meilleurs.

Pour l’écriture de fiction j’ai dévoré des autobiographies d’écrivains ou des livres d’entretiens, des ouvrages de référence et de très bons romans. Je lis depuis toujours mais lire avec un regard d’écrivain est un peu différent.

Je suis très heureuse d’avoir choisi d’aller au-delà des conseils éculés que l’on peut trouver sur internet.

Je passe moins de temps devant mon écran et je rencontre des textes d’une grande profondeur, qui nourrissent mon âme aussi bien que mon imagination, ce qui est bien l’une des raisons d’être de la littérature, n’est-ce pas ?

Tu peux te référer à la liste non exhaustive de mes lectures depuis le début de cette aventure, en fin d’article.

En matière de blog

Je suis pas à pas la méthode d’Olivier Roland (Blogueur Pro).  J’ai aussi découvert celle d’André Dubois (TraficMania).

Par écran interposé, j’ai fait la connaissance de Stan Leloup (Marketing Mania) et Bertrand Millet (Marketing Mentalist), que je n’aurais jamais rencontré sans cela.Tous ces messieurs ont en commun leurs visions, très personnelles, dont je nourris la mienne qui est, du coup, en train de se préciser rapidement.

J’ai découvert également une communauté de blogueurs (en particulier les blogueurs pros en formation en même temps que moi chez Olivier Roland) qui, à ma plus grande surprise, est fondée sur le partage, l’entraide, la communication bienveillante, sans qui j’aurais sûrement déjà laissé tomber et que je remercie tous les jours.

Faire preuve d’une rigueur sans faille

J’ai jusqu’à présent relevé le défi que je me suis lancée, à savoir de publier chaque semaine, n’écoutant que mon courage, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige (ce qui serait quand même étonnant étant donné que je vis à La Réunion).

Côté fiction, donc, tout va bien.

En revanche, côté bloguing, je n’ai guère avancé. J’ai accompli depuis juin un peu moins d’un tiers de la formation et puis je suis restée bêtement bloquée plusieurs semaines sur un problème technique.

A cette occasion je me suis posée beaucoup de questions, tu t’en doutes.

A la sortie de ce tunnel (non, amis blogueurs, ce n’est pas un tunnel de vente!), je viens juste de parvenir à me remotiver pour continuer d’avancer régulièrement.

Continuer d'avancer
Trouver un équilibre et continuer ma progression.

 

ÉCRIRE UN ROMAN

Ce qui est accompli

Titre, genre, temps du récit, temps de l’action, dialogues, fil conducteur, géographie :

  • J’ai utilisé au début un titre provisoire qui ne me satisfaisait pas vraiment. Je l’ai modifié pour un autre, qui, je crois, est le bon : Toute la lumière.

  • Le genre est défini, c’est un polar, et un enquêteur est entré en scène (même s’il a l’air d’en sortir, ne jamais se fier à un vieux singe).

  • En règle générale, Toute la lumière est écrit au présent.

  • J’essaie de trouver une expression différente pour chaque personnage, au moins dans les dialogues, bien que j’aie un narrateur unique.

  • Le fil conducteur de Toute la lumière : les liens familiaux.

  • L’histoire se déroule sur une période de 9 jours, en juillet 2015, pendant la canicule. Toutefois, elle a commencé bien plus tôt, en août 2003, pendant une autre canicule, et il est fréquemment fait référence à cette période, pendant laquelle la plus grande partie de l’intrigue s’est nouée.

  • Nous sommes en France, dans le Sud-Ouest.

La structure

  • Sept chapitres sont écrits (sept premiers jets un peu travaillés quand même),

  • Chaque chapitre, jusqu’à présent, éclaire un personnage en particulier,

  • Du point de vue de l’intrigue, on est à la moitié question temps (tout se déroule sur une durée de 9 jours avec de fréquents retours sur des événements qui se sont produits 12 ans plus tôt), et à environ un quart pour le déroulement des enquêtes respectives. Ce qui fait qu’il va se passer beaucoup de choses encore durant les 4 jours restant.

Les personnages

  • Les personnages principaux existent, ils sont nommés, dans un contexte, un milieu social, une géographie approximative.

  • Chacun d’entre eux rencontre au moins une problématique.

  • Leurs caractères et leurs valeurs morales sont établis.

  • Les liens entre eux sont établis également, pas forcément en détail mais enfin, on sait pourquoi ceux-là et pas d’autres.

  • Sur cinq personnages principaux, quatre cherchent quelque chose de précis, en rapport avec des événements survenus 12 ans plus tôt, pour Mia c’est la vérité au sujet de son père, pour Benny c’est à rattraper les erreurs  du passé, pour Judith c’est la confiance de sa fille, pour Rabot c’est la tranquillité d’esprit.

  • Marc n’est pas directement lié au passé des autres. Il intervient comme personnage “actuel”, son lien avec les autres est tout à fait fortuit, c’est Angie, qu’il aime et qui a procédé aux soins de conservation du corps de Mémère, et sa relation de client avec Judith.

L’action

  • Décrite la plupart du temps au présent et peu développée, elle a été beaucoup tournée vers le passé.

  • Jusqu’à présent, des faits anciens sont évoqués ou racontés plutôt que vécus.

  • Chacun cependant se prépare pour un départ, Mia et Judith partent en voyage, Rabot part en randonnée tout d’abord puis à plus longue échéance à la retraite, Benny part on ne sait où mais pour cela il a volé une voiture et fait parler de lui.

  • Angie et Marc sont partis chacun de leur côté.

  • Serait-ce un road-moovie ?

les-personnages-en-devenir
Dans la grande fabrique des personnages…

En détail, chapitre par chapitre (tu peux sauter cette partie si tu veux savoir où j’en suis côté blog) :

TOUTE LA LUMIÈRE – Chapitre 1 – Mia

JOUR 1

  • Où l’on fait la connaissance de Mia, 15 ans, qui vit une situation familiale pour le moins bouleversante qu’elle doit affronter seule, et de Mémère, sa grand-mère, qui disparaît au bout de quelques pages, morte.

  • Un secret de famille est révélé. Il est question d’enfance, de mensonge, d’abandon.

  • Où l’on se rend compte que la vie n’est pas toujours ce qu’on croit et qu’il est prudent de ne pas toujours faire confiance aux adultes.

  • Présentation rapide de son cadre de vie, du contexte, de l’époque, brèves descriptions, la priorité est mise sur les émotions vécues par le personnage, afin de susciter l’intérêt du lecteur et de le faire entrer de plain pied dans l’univers de l’adolescente.

  • Ce premier chapitre, écrit à la première personne, au présent, se termine par une question.

TOUTE LA LUMIÈRE – Chapitre 2 – Benny

JOUR 2

  • Entrée en scène du deuxième protagoniste, qui n’a apparemment rien à voir avec Mia. C’est Benny, 35 ans. Il sort de prison.

  • Brève description de l’homme, de ses actes, de ses intentions.

  • Intervention du hasard, à moins que ce ne soit la chance (ou la malchance!).

  • Le chapitre 2 est écrit au présent, d’un point de vue extérieur, avec quelques incursions dans les pensées des différents personnages (Benny, Jean-Pierre).

  • Il se termine quand Benny sait enfin ce qu’il doit faire. Évidemment, nous n’en savons rien. Il faudra lire la suite pour l’apprendre.

TOUTE LA LUMIÈRE – Chapitre 3 – Angie

JOUR 3

  • Intervention d’un troisième personnage, Angie.

  • On raconte un peu de son histoire, on situe ses relations avec les hommes, et avec les vivants.

  • En effet, Angie exerce un métier peu commun qui la met fréquemment en contact avec des cadavres.

  • Dans ce cadre, allusion à Mémère et Mia, que nous connaissons déjà, mais qui ne sont pas nommées, seulement évoquées en situation. Au lecteur de s’y retrouver.

  • On montre les valeurs et la ligne de conduite de Angie. C’est important pour la suite.

  • Brève apparition de Marc, qui prend beaucoup de place dans les pensées d’Angie mais qui entre en scène, prononce deux phrases et sort.

  • Le chapitre 3 se termine sur une résolution apparente.

  • Il pourrait faire l’objet d’une nouvelle à part entière.

TOUTE LA LUMIÈRE – Chapitre 4 – Judith

NUIT JOUR 3 A JOUR 4

  • Où l’on fait enfin la connaissance de Judith, évoquée dès le chapitre 1. C’est la mère de Mia.

  • Mia et Judith veillent Mémère sur son lit de mort, avant les obsèques.

  • Où l’on apprend encore un secret de famille. Un autre. On commence à s’intéresser à des faits précis, sans oublier d’évoquer les émotions.

  • Il est question d’enfance, d’amour maternel, de mémoire et de dispositions étranges à recevoir des messages.

  • Le chapitre 4 se termine avec beaucoup d’émotion, pour la première fois partagée entre mère et fille.

TOUTE LA LUMIÈRE – Chapitre 5 – Rabot

JOUR 5

  • Où l’on fait la connaissance de Gabriel Rabot, qui s’apprête à partir en congés quand il reçoit un appel qui le plonge malgré lui dans le passé, et dans la perplexité.

  • Le lien est fait avec Benny, sorti de prison au chapitre 2, et aussi avec Judith. On comprend à cette occasion que Benny et Judith sont liés par les événements survenus 12 ans plus tôt.

  • L’intrigue proprement dite commence à se nouer.

  • Il est question de retraite, de chien, de famille.

  • Le chapitre 5 se termine sur le départ en camping et en 4/4 de Rabot, évocation d’un “lonesome cowboy” à la française.

TOUTE LA LUMIÈRE – Chapitre 6 – Mia et Judith

JOUR 5

  • Mia et Judith s’expliquent violemment.

  • Justifications de l’une puis de l’autre, qui apporte un début de réponse aux questions soulevées au chapitre 1.

  • Projet de “voyage” en famille, interrompu mais pas pour longtemps.

  • Il est question de dialogue, de vérité, de réconciliation.

  • Le chapitre 6 se termine sur l’arrivée d’un personnage, Marc, déjà entrevu brièvement dans le chapitre sur Angie. On raccroche les wagons et on s’assure que le lecteur est bien monté dans le train.

TOUTE LA LUMIÈRE – Chapitre 7 – Judith et Marc

JOUR 5

  • Où on en apprend plus sur Judith et ses moyens de subsistance, où l’on voit comment Marc et Judith sont liés.

  • On voit que Judith est un peu perdue, elle subit le contrecoup des événements des derniers jours.

  • On en apprend plus sur Marc.

  • Il est question de chaussures, de formation professionnelle, de peur et de corps éthérique.

  • Le chapitre se termine sur une vision commune durant une séance de soins donnée par Angie à Marc.

  • Il n’est cependant pas question d’un récit fantastique, aussi cela est-il brièvement évoqué et clôt le chapitre.

le-jeu-d-echecs
Diriger mes pions et mes pièces pour faire avancer l’intrigue. Facile. Il n’y a pas d’adversaire.

 

Ce qu’il reste à accomplir

  • Accélérer l’action en lançant les personnages sur la route

  • Faire monter la pression, grâce à Benny notamment

  • Distiller des indices savamment répartis, grâce à des personnages secondaires

  • Mettre les personnages en danger et observer comment ils s’en sortent (ou pas)

  • Faire “confluer” les différentes enquêtes au même endroit (le climax)

  • Conclure

Les questions à résoudre

Question principale :

  • Que s’est-il donc vraiment passé il y a 12 ans ?

Questions secondaires :

  • Où est le père de Mia ?

  • Qui est Eva, que Rabot évoque au chapitre 5 ?

  • A quoi correspond la vision conjointe de Marc et Judith à la fin du chapitre 7 ?

 

MONTER UN BLOG PERFORMANT

De ce point de vue, en revanche, j’ai beaucoup moins bien avancé. C’est bien simple, si je persiste à ce rythme, j’aurai terminé dans deux ans et quelques jours. C’est beaucoup trop long. Je vais donc là aussi accélérer l’action.

Ce qui est accompli

Déterminer un positionnement clair et un avatar lectrice

  • Choisir et acheter un nom de domaine

  • Créer le blog sous wordpress.com, thème, prise en mains, installer les plug-in recommandés

  • Défi

  • Sélectionner des photos libres de droits sous licence creative common

  • Écrire, corriger et mettre en ligne 24 articles, 25 avec celui-ci, dont la moitié sont des nouvelles ou des chapitres du roman en train de s’écrire

  • Créer la page FB, un compte Google Plus (et Google Analytics), un compte Twitter, Quora, TumblR, Instagram et mise en place des publications automatiques vers les réseaux sociaux

  • Créer un bonus

  • Installer Active Campaign et Thrive Leads, créer pop-up proposant le bonus en téléchargement gratuit

  • Rechercher des blogs concurrents susceptibles de devenir des blogs partenaires

  • Participer à des carnavals d’articles

Bien sûr, je liste les actions concrètes, sans tenir compte du temps passé à la compréhension de l’écosystème des blogs internet, essentielle à la mise en œuvre consciente du projet.

Ce qu’il reste à accomplir

  • Écrire des articles invités et pour cela se faire connaître des blogueurs de mon domaine

  • Optimiser le référencement des photos et des articles

  • Travailler avec des liens affiliés

  • Se faire une place suffisamment importante sur la toile pour que le blog ait la possibilité de rencontrer des lecteurs

  • Et plus encore…

Pour cela il me reste plus des deux tiers des cours à suivre et à appliquer, une soixantaine environ.

lire-de-bons-livres
Certaines lectrices n’écriront jamais de roman, mais il n’existe pas d’écrivaine qui ne soit aussi une grande lectrice.

Ce que je retiens

J’ai beaucoup mis l’accent en 2019 sur l’écriture proprement dite, souvent au détriment des cours. Il s’agissait de vérifier ma légitimité à écrire, après tout ce n’est pas évident, il y a énormément de sites qui tentent de vendre des méthodes soit-disant infaillibles pour devenir écrivain et quand on lit un peu en détail la prose associée au formateur ou à la formatrice auto-proclamée, on accède au mieux à une intrigue intéressante, au pire à un verbiage truffé de fautes de syntaxe, d’orthographe, et pire que tout, de goût.

Mon but est d’écrire de la bonne fiction, pas de la bouillie pour les chats que je devrais auto éditer et dont je devrais inlassablement faire la pub sur FB pour espérer vendre quelques exemplaires Kindle.

Mon objectif à quelque chose à voir avec la littérature, pas avec la rédaction web. Je n’ai rien contre la rédaction web, ni même contre l’auto-édition, d’ailleurs, ce n’est tout simplement pas ce que je veux réaliser.

Parvenue à ce stade, j’ai pu vérifier que ma prose avait un intérêt pour mes quelques lectrices/lecteurs. Il paraît que j’écris bien. Je suis rassurée sur ce point.

Pas que je soit mûre pour le Goncourt et encore moins pour le Nobel, mais ça va. Je vais continuer à apprendre, ne pas relâcher mon effort dans ce domaine, lire encore et toujours, m’inspirer des meilleurs, développer mon propre style si je peux, et advienne que pourra.

En revanche, il est absolument nécessaire que j’accélère le rythme de suivi des cours. Je vais donc y consacrer deux séances par semaine, au lieu d’une, et je commence demain. Si si. J’ai brûlé quelques vaisseaux afin de ne pas me rajouter de distractions inutiles, fussent-elles agréables ou rémunératrices. Je me mets la pression pour continuer, et j’aime ça.

Si tu es arrivé.e jusqu’ici dans ta lecture, je te félicite sincèrement, ta persévérance te mènera loin. Pour ma part, la mise noir sur blanc de tout ceci m’a permis de clarifier la suite. Je t’en remercie.

Commente ou ne commente pas, sois entièrement libre, des calls to action beaucoup plus appuyés viendront sûrement par la suite, je fais confiance à Olivier Roland pour cela.

Quelques-une de mes lectures (formatrices) depuis juillet :

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

13 Replies to “ECRIRE UN ROMAN ET MONTER UN BLOG : UN CHANTIER 2019 QUI DEBORDE SUR 2020”

  1. J’aime beaucoup votre façon d’écrire très fluide et légère, c’est très appréciable. Je vous souhaite en ce début d’année 2020 plein de motivation, volonté et habitudes pour avancer vos objectifs 2020 : )
    Johann

    1. Bonjour Johann,
      Je viens de trouver votre commentaire sympathique dans les indésirables ! C’est un comble ! Merci pour vos encouragements et vos vœux.

  2. Bonjour Sylvie,
    Je voulais juste rebondir sur l’autoédition. Des tas d’auteurs décident de s’autopublier. Soit parce qu’ils ne trouvent pas d’éditeurs (et ce, malgré leur grand talent parfois), soit par choix.
    Personnellement, j’ai choisi l’autoédition pour garder indépendance et maîtrise de mon texte ainsi que du circuit de la publication. Contrairement à toi, je n’ai aucune envie de passer par un éditeur pour mes futurs écrits… ou alors il faudra qu’il soit sacrément persuasif (financièrement) pour que je lui cède mes droits.
    Car, lorsque l’on confie son bébé à un éditeur, il ne nous appartient plus. Et ça, j’ai sincèrement du mal à l’admettre.
    Les canaux de l’autoédition se développent. La distribution s’étend.
    L’autoédition n’est pas un circuit au rabais (même si effectivement, il faut y faire le tri).
    Enfin, l’édition à compte d’éditeur reste très très difficile à obtenir pour ceux qui s’engagent dans cette voie. De nombreux manuscrits très talentueux restent dans les tiroirs faute d’éditeur (alors que certaines maisons publieront facilement des livres médiocres de noms déjà connus).
    Je te souhaite beaucoup de courage sur ce chemin de la publication à compte d’éditeur semé d’embuches.
    Et je te félicite pour ton blog qui grandit chaque jour.

    1. Merci pour ton commentaire Karine. Loin de moi l’idée que les livres auto-édités sont forcément mauvais. Ce serait si simple. Mais enfin il y en a beaucoup.
      Et quand je vois les chiffres des ventes en auto-édition pour les romans, ça plafonne à 99% autour de 400 exemplaires et encore au bout de plusieurs années, et encore avec difficultés.
      C’est certainement beaucoup mieux pour de la non fiction, mais ce n’est pas mon sujet.
      Dans mon cas je pars du principe que l’édition est un métier à part entière, que je ne connais pas. Je vais donc tenter d’envoyer mon manuscrit (une fois terminé, bien sûr) à une maison sérieuse, ça existe. Chaque année sortent des premiers romans pour lesquels une promo correcte est faite, je ne vois pas pourquoi je n’en profiterais pas. Mais j’ai encore le temps de changer d’avis, je suis loin d’être parvenue au terme de cette aventure. Je vous tiendrais au courant.

  3. C’est un sacré point que tu nous fait là ! On ressent au travers de tes lignes ta motivation mêlée de désespoir (le mot est sans doute un peu fort), mais à la fin c’est la satisfaction qui l’emportera. La satisfaction sera d’autant plus grande que le doute aura était lancinant. Alors tant mieux qu’il le soit. La difficulté ne cédera pas facilement, mais ce qu’il faut retenir c’est qu’elle cédera.
    Beaucoup de courage, et un peu de rage ;-), dans cette nouvelle année qui commence!
    PS il n’y a pas quelques sommet enneigé à la Réunion!?

  4. Coucou, ouf quel bilan ! On suit tout ton cheminement, je me suis parfois retrouvée au travers de tes ressentis.

    Je voulais surtout te donner de l’espoir de continuer de mener à bien simultanément un blog et un livre en te racontant l’histoire de deux écrivaines de talents. Anne Plichota et Sandrine Wolf, qui ont comme toi eu l’idée de créer un blog, où elles livraient leur roman, chapitre après chapitre. Lorsque ce dernier a eu une bonne consistance, elles ont décidé de l’auto publier afin d’une part d’amortir leur travail et de ne garder que les fans les plus intéressés. Ce qu’elles ignoraient c’était que parmi ces fans, se trouvait un éditeur. Qui continuait de lire leur texte, mais qui surveillait également la réaction des lecteurs. Lorsqu’il a remarqué que l’intérêt du publique ne faiblissait pas, et qu’au contraire il en redemandait, il leur a tout bonnement fait une proposition d’édition. 🙂

    Je te souhaite le même succès, mais tu sembles bien parti pour y parvenir.

    1. Merci pour ton commentaire Mickaeline. Si tu pouvais me dire où trouver un éditeur pour suivre mon blog, ce serait parfait ! 🙂
      Je ne connais pas Anne Plichota ni Sandrine Wolf, je vais me renseigner, du coup.
      Merci encore à bientôt.

  5. Bonjour et merci de partager autant sur ton expérience. J’ai les mêmes passions que toi : l’écriture et le blogging.
    J’ai bien apprécié ta bibliographie; le seul livre que j’ai lu est celui de Stephen King mais tu m’as donné envie d’en découvrir d’autres.
    Je trouve très difficile d’écrire une fiction par rapport aux intrigues et aux personnages. Pour le moment je n’écris que des réflexions ou des expériences personnelles.
    Connais tu le concours d’écriture mis en place sur Amazon ? C’est le concours des plumes francophones. Il a lieu tous les ans. J’ai découvert un autre blog sur l’écriture qui s’appelle envie d’écrire. Je le trouve assez intéressant.
    Au plaisir de te lire et de te suivre.

  6. Tu as raison, il y a de très bonnes maisons d’édition. Là n’est pas la question 😉
    Cela dit, le nombre moyen de ventes pour un 1er roman édité est compris entre 500 et 800 exemplaires seulement ! Même en bénéficiant d’une bonne promotion !
    Bien entendu, il y a toujours des exceptions qui confirment la règle et qui font un carton ! Je te souhaite de faire partie de ceux là 🙂

Ecrivez un commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.

​​Recevez​ mon ebook gratuit ECRIRE DE LA FICTION

%d blogueurs aiment cette page :