🎧📖Podcast Histoires vraies [#4] Introduire de nouveaux personnages

oeuvre-originale
L’ArmĂ©e du GĂ©nĂ©ral Dourakuire – Oeuvre originale de Vie Quatre Sixquatre – Jeu de cartes et encre. Reproduction interdite.

Bonjour,

Vous vous apprĂȘtez Ă  lire le quatriĂšme chapitre des “Histoires Vraies du Bougreloche“.

Le prĂ©ambule a servi Ă  prĂ©senter la narratrice et ses liens avec l’histoire. Le premier chapitre a situĂ© l’action dans le temps et l’espace. Le deuxiĂšme chapitre a amenĂ© l’évĂ©nement dĂ©clencheur de l’histoire. Dans le troisiĂšme, nous avons abordĂ© la psychologie des personnages, en particulier celle de Dourakuire, le VĂ©nĂ©ral en Chef des forces armĂ©es de ToukontefĂ©e.

Lors de chapitre 4, nous allons introduire deux nouveaux personnages, Eglandune (mon aĂŻeule !) et Tortillon, son ami de toujours.

Je vous souhaite une agréable lecture.

Bonjour

Bien que surexcitĂ©, Dourakuire est partagĂ©. Il nourrit bien entendu l’espoir de se couvrir de gloire, mais ça ne l’empĂȘche pas de vouloir remplir sa mission sans mettre sa vie et celle de ses hommes en pĂ©ril. Maintenant qu’il y pense, l’idĂ©al serait mĂȘme de ne pas avoir Ă  tirer l’épĂ©e. Se hasarder en territoire inconnu, pour aussi excitant que ce puisse ĂȘtre, peut se rĂ©vĂ©ler pĂ©rilleux. C’est tout l’intĂ©rĂȘt de la chose, ce qui en fait le sel, le poivre, et mĂȘme le piment. Encore faut-il ne pas y laisser sa peau ! Les macchabĂ©es ne racontent pas d’histoires, ou si peu. Sans compter qu’il est trĂšs rare qu’ils rentrent chez eux tout seuls.

En fin stratĂšge ayant tout appris dans les livres, il a conscience qu’en cas de coup dur, une troupe de vingt-quatre lascars ne reprĂ©sente pas vraiment ce qu’on peut appeler une force invincible. Il organise le recrutement tambour battant, avec une idĂ©e prĂ©cise du rĂ©sultat qu’il veut obtenir. Il s’est rĂ©solu Ă  enrĂŽler aussi quelques femmes, car Merlun, Ă  l’instigation de Cokine Ă  qui il ne peut rien refuser, a ouvert la carriĂšre militaire Ă  la gent fĂ©minine. Le pays se modernise Ă  petit pas. On rĂ©nove les vieilles lunes, on met les pendules Ă  l’heure d’étĂ©. Tant mieux. Les femmes ont des ressources que n’ont pas les hommes, et inversement. La mixitĂ© est toujours une bonne chose.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧📖Podcast Les Histoires vraies du Bougreloche [#1]

Dourakuire s’imagine Ă  la tĂȘte d’hommes et de femmes compĂ©tents, alertes et obĂ©issants, ni trop jeunes, ni trop vieux, ni trop gras. Cependant, afin de mĂ©nager les susceptibilitĂ©s, on passe une offre d’emploi Ă  l’attention de tous ceux en Ăąge de travailler, c’est-Ă -dire entre 15 et 75 ans, qui sont, sur l’heure, invitĂ©s Ă  faire acte de candidature. A l’issue d’un entretien d’embauche et d’un test d’aptitude, deux douzaines de laurĂ©ats triĂ©s sur le volet recevront un Ă©quipement de campagne complet ainsi qu’une instruction militaire accĂ©lĂ©rĂ©e.

Le dĂ©pĂŽt des  CV se fera de 7 Ă  12. Une file d’attente, longue de plusieurs centaines de mĂštres, principale attraction de la capitale, maintenant que la saison des bals est terminĂ©e, se forme devant la caserne dĂšs 5 heures du matin. On y observe le ciel en faisant le poireau et on y commente abondamment l’avancĂ©e des cumulardio
 des nuages.

Convaincu, Ă  juste titre, que la musique adoucit les mƓurs, Dourakuire saisit la balle au bond. Il renoue secrĂštement avec son rĂȘve de gosse. Parmi les critĂšres de sĂ©lection, entre “savez-vous Ă©plucher les gombos?” et “changez-vous de chaussettes tous les jours?”
., on trouve “jouez-vous d’un instrument ? Si oui, lequel ?”.

Dourakuire mĂšne lui-mĂȘme les entretiens d’embauche. Il prĂ©-sĂ©lectionne Ă©claireurs perspicaces, artilleurs chevronnĂ©s et fĂ©roces fantassins, tous musiciens par ailleurs. Une fois ce premier tri effectuĂ©, les heureux Ă©lus sont conviĂ©s pour une audition. S’agirait pas d’enrĂŽler des drĂŽles qui jouent faux. Passant auprĂšs de la caserne on peut entendre clarinettes, buccins et didgeridoos, qui s’échauffent tandis que percussonnent tambours, bongos, congas, tablas et maracas.

La compagnie est construite
 comme un orchestre. Dourakuire fait, la mort dans l’ñme, une croix sur contrebasse, violoncelle et piano Ă  queue et forme un hybride de fanfare et de mariachis, car son goĂ»t pour la musique de chambre ne s’accorde hĂ©las pas avec les desiderata d’une troupe en marche.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧📖Podcast Histoires vraies [#5] Quand le dĂ©cor est un personnage

Seize hommes, Dourakuire et Morington compris, auxquels s’ajoutent huit femmes. Parmi les hommes : deux Ă©claireurs (violon, banjo), deux cuisiniers (tambour, flĂ»te traversiĂšre), un photographe (guitare), un dessinateur (flĂ»te Ă  bec), un gĂ©omĂštre (guitare) et sept hommes de troupe pour trimballer tout le bastringue nĂ©cessaire Ă  la campagne, tentes et provisions, citernes et matĂ©riel de reconnaissance (encore une guitare, caisse claire, cymbales, deux tambourins, triangle, maracas). Morington manie le sanza, petit piano Ă  lames, avec dextĂ©ritĂ©. Parmi les femmes, deux interprĂštes maĂźtrisant couramment les langues rĂ©gionales (saxophone, clarinette) et six femmes de troupe (trompette, trombone, quatre chanteuses).

AprĂšs toute une semaine de prĂ©paratifs, on est enfin sur le point de partir. Les courses sont faites, les cuivres rutilent. Les uniformes sont encore un peu dĂ©pareillĂ©s, mais c’est tout Ă  fait secondaire. RĂ©unir les gamelles, roder du bois, cuire le riz, gonfler les matelas
 n’a pris que quelques heures. La petite troupe s’ébranle  avec armes et bagages, aprĂšs force embrassades et adieux dĂ©chirants, suivie des yeux et saluĂ©e depuis les balcons enrubannĂ©s de couleurs, accompagnĂ©e jusqu’à l’orĂ©e de la forĂȘt de GrocĂ©liande par tous les gamins du pays.

C’est Ă  ce moment que mon aĂŻeule Eglandune entre en scĂšne, en duo avec son insĂ©parable ami Tortillon. Ils ont 28 ans Ă  eux deux et s’aiment depuis l’école primaire. Eglandune joue du tambourin, Tortillon de la guitare. Ni l’un ni l’autre ne dĂ©daignent pousser la chansonnette.

DĂ©cidĂ©s Ă  explorer le vaste monde, si Ă©tonnant, dont ils ont entendu parler et au sujet duquel ils ont dĂ©vorĂ©s tous les livres qui leur sont tombĂ©s entre les dents, manuel des Castors Juniors inclus, ils ont enfilĂ© leurs plus beaux vĂȘtements et se sont rendus au bureau de recrutement le cƓur battant.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧📖Podcast Les Histoires vraies du Bougreloche [prĂ©ambule]

HĂ©las, on les a renvoyĂ©s Ă  l’école ! Trop jeunes ! Circulez les marmots, ici c’est rĂ©servĂ© aux adultes. Leur dĂ©convenue est grande, leur colĂšre aussi. A quelques mois prĂšs, c’est trop bĂȘte ! Avec la tĂ©mĂ©ritĂ© et l’entĂȘtement qui caractĂ©rise souvent le jeune Ăąge Ă  ToukontefĂ©, ils dĂ©cident de passer outre et de suivre, Ă  distance, la compagnie. Les voila en route.

*

Vous venez de lire le quatriùme chapitre de “Les Histoires Vraies du Bougreloche”.

Dites-moi en commentaire si cette lecture vous a plu, ou Ă©crivez-moi au moyen du formulaire de contact que vous trouverez ici.

La semaine prochaine nos hĂ©ros partiront enfin Ă  l’aventure, Ă  travers la terrible forĂȘt de Groceliande, qu’on Ă©voque qu’à voix basse. Ce sera l’occasion de voir comment introduire un dĂ©cor/personnage, et d’entrer vraiment dans l’aventure.

L’image qui sert d’illustration Ă  cette page est un collage que j’ai rĂ©alisĂ© en agençant toutes les parties dĂ©coupĂ©es d’un jeu de 52 cartes. C’est donc une Ɠuvre originale que je vous remercie de ne pas dĂ©naturer si vous dĂ©cidez d’en copier l’image. Son titre est “DANS LA FORET DES CHÂTEAUX DE CARTES”.

Je prépare un second blog pour y partager mes travaux plastiques. Je vous tiendrai au courant de sa publication.

Enfin, vous ĂȘtes libres de prĂ©fĂ©rer les polars. Ça tombe bien. Sur ce blog vous pouvez aussi lire “Toute la LumiĂšre”, en cliquant ici.

Merci.

A bientĂŽt.

âŹ…ïž Lire le chapitre prĂ©cĂ©dent

Lire le chapitre suivant âžĄïž

Partager l'article :

8 rĂ©ponses Ă  “🎧📖Podcast Histoires vraies [#4] Introduire de nouveaux personnages”

  1. Ah, la jeunesse, toujours des bĂȘtises dans la tĂȘte, n’est-ce pas ? un rĂ©gal !

  2. Je suis fan de l’écriture. Et tes collages… un bonheur ! Bravo!

  3. pierrefavrebocquet dit :

    Est ce que dans la liste pour la sĂ©lection figure la question “Mettez vous quelquefois votre slip sut l’envers pour le porter plus longtemps?”? 😀
    PS Quatriùme ou troisiùme chapitre? 😉

    1. Je ne sais pas il faut que je relise les notes d’Eglandune.

    2. Ca me fait penser Ă  un film d’animation, oĂč l’un des personnages principaux met son slip devant, derriĂšre, il le retourne, devant, derriĂšre. 4 jours avec un slip ! TrĂšs Ă©cologique !

Ecrivez un commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.

%d blogueurs aiment cette page :