Mes Petits Lus #3 – Une histoire à écouter chaque jour [podcast]

Salut !

Mes-petits-lus-sur-ecrire-de-la-fiction-une-histoire-a-ecouter-chaque-jour-#3

On continue de voyager, grâce à la littérature. Aujourd’hui, ce sera une histoire d’Argentine.

Tirée des “Nouveaux Contes de Bustos Domecq” traduits de l’espagnol par Eduardo Jimenez, “A la vie à la mort” est l’œuvre d’un célèbre duo littéraire, Jose Luis Borges et Adolpho Bioy Casares.

Deux écrivains argentins écrivant à quatre mains

Ces deux écrivains argentins, par ailleurs prolifiques en solo, ont créé, ensemble, un personnage haut en couleurs, un écrivain plein de bons sentiments, goinfre et pleutre.

C’est Bustos Domecq, patronyme qui emprunte à l’histoire familiale de chacun des deux. Bustos chez Borges et Domecq chez Bioy Casares.

Un partout. Pas de jaloux.

Les-nouveaux-contes-de-bustos-domecq-pour-Mes-Petits-Lus-3-Ecrire-de-la-fiction
L’édition de 1972

Un anti-héros haut en couleurs

Bustos est ainsi l’anti-héros de :

  •  Seis Problemas para don isidro Parodi, paru en 1942 avec une préface de Gervasio Montenegro, Buenos-Aires, Editorial Sur — traduit de l’espagnol par Françoise-Marie Rosset : Six problèmes pour don Isidro Parodi, Paris, Denoël, 1967, réédition Robert Laffont, 2011.
  • Deux Fantaisies mémorables (1946)
  • Chroniques de Bustos Domecq (1967)
  • Nouveaux Contes de Bustos Domecq, en 1977, incluant Deux Fantaisies mémorables, dont est tiré, donc, si vous avez bien suivi, l’histoire que je vous raconte aujourd’hui.

ECRIRE A QUATRE MAINS

Les duos littéraires ne sont pas si rares qu’ils en ont l’air.

Impossible de ne pas penser aux illustres frères Goncourt, à Marx et Engels, ou à Alexandre Dumas travaillant la main dans la main avec Auguste Maquet.

Les hamps magnétiques doivent certainement beaucoup à Philippe Soupault, même si on a tendance à en attribuer toute la paternité à André Breton.

Gustave Flaubert, lui-même, s’y essaya, une seule fois il est vrai, en collaborant avec Maxime Ducamp, pour “Par les champs et par les grèves“. (tiens ! encore un titre avec champs ! 😀)

Willy a longtemps signé les romans de Colette, était-ce ou pas une vraie collaboration littéraire ? Il semble que non ou cela dépend comment on l’entend. A Colette l’écriture, à Willy le nom.

Sueurs-froides-affiches-Mes-Petits-Lus-3-podcast-ecrire-de-la-fiction
L’affiche originale au moment de la sortie du film en France… Toute une époque !

Le renouveau du roman policier

Le renouveau du roman policier vînt paraît-il par la collaboration de Pierre Boileau et Thomas Narcejac, écrivains prolifiques, qui après une carrière en solo s’associent en 1948 et produisent plus de 150 ouvrages, parmi lesquels des romans jeunesse, 7 Arsène lupin, des essais, des nouvelles, des scénarios… et des titres devenus des classiques, tel “Celle qui n’était plusadapté par Henri Georges Clouzot sous le titreLes Diaboliqueset “D’entre les mortsqui donna Sueurs froidesau cinéma, adapté par Alfred Hitchcock.

Les Diaboliques, d’Henri Georges Clouzot, d’après Boileau-Narcejac. Une leçon de suspense.

Impossible aussi de ne pas évoquer les Frères Grimm, bien qu’ils soient décrits comme “collecteurs de contes” plutôt que comme écrivains, il a bien fallu les écrire, ces contes…

Au cinéma aussi

Le cinéma connait aussi des duos célèbres : Marcel Carné et Jacques Prévert, Joël et Ethan Cohen, les frères Dardennes

LE DUO ARGENTIN

Borges et Bioy Casares se rencontrent au tout début des années trente et commencèrent à travailler ensemble quelques années plus tard. Citons la préface des Nouveaux contes de Bustos Domecq :

“De quoi est-il donc fait ce Bustos Domecq, que Borges qualifie d’imbécile avant de le couvrir d’éloges ? (…) Quelle est la part de l’un et de l’autre ? Comment deux auteurs peuvent-ils collaborer ? Quelle est la méthode de travail utilisée ?

Borges s’en est expliqué à maintes reprises (…) Quand notre travail est réussi, alors ce qui en sort est quelque chose de fondamentalement différent des textes de Bioy Casares et des miens (…) Nous avons donc créé une troisième personne qui ne nous ressemble pas du tout. (…)

le-troisieme-homme-affiche-mes-petits-lus-3-podcast-ecrire-de-la-fiction
Le troisième homme, une autre référence cinématographique

La méthode de travail

En général, nous examinons ensemble l’intrigue avant de mettre la main à la plume (…) Avant de commencer à écrire, nous discutons de l’ensemble de l’histoire ; puis nous passons en revue les détails, nous les modifions, bien sûr, nous réfléchissons à la meilleure manière de commencer, puis nous nous disons que le commencement pourrait très bien être la fin, ou que ce serait plus frappant si tel ou tel personnage ne disait rien du tout ou répondait complètement à côté de la question.

Une fois que l’histoire est écrite, si vous nous demandez si cet adjectif ou cette phrase particulière viennent de Bioy ou de moi, nous ne pouvons pas le dire. (…) Je crois que la collaboration requiert un abandon simultané de tout égo, de toute vanité, et peut-être même de la politesse courante. Les collaborateurs doivent oublier leur personnalité et ne plus penser qu’en fonction de l’ouvrage.

Pour Bioy Casares, “toute collaboration avec Borges équivaut à des année de travail”.

L’écriture à quatre mains, plus riche ?

C’est certain. Encore faut-il en être capable. Encore faut-il avoir exorcisé ses propres démons, creusé ses sillons profondément. Encore faut-il accepter l’autre.

➡️Petit Lu #1 ➡️Petit Lu #2 ➡️Petit Lu #4 ➡️Petit Lu #5

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Replies to “Mes Petits Lus #3 – Une histoire à écouter chaque jour [podcast]”

    1. Merci Florie 🙂 Ce ne sont pas toutes des histoires pour enfants. Pour le savoir il vaut mieux parcourir l’article qui accompagne le podcast, pas seulement écouter.

Ecrivez un commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.

​​Recevez​ ​votre ​livre ​gratuit et inspirez-vous

 des plus grands écrivains américains

%d blogueurs aiment cette page :