Le bon usage de la ponctuation en français [+Ressource]

En recevant l’infolettre de l’ami Nicolas Kempf, qui porte cette semaine sur l’usage du tiret, je m’aperçois que j’avais prévu de partager sous forme d’article le dossier sur la ponctuation, afin de le rendre accessible à tou(te)s et non plus seulement aux abonné(e)s, et que j’ai oublié. Le voici donc.

photo-3D-guide-ponctuation

Les règles de la ponctuation en français

Les règles de la ponctuation en langue française sont souvent malmenées ; elle est pourtant essentielle pour structurer la phrase et la rendre intelligible.

Maîtriser ces quelques normes d’écriture et respecter les standards établis permet d’être “bien” compris par le lecteur. A tout le moins, un écrivain qui bat l’usage en brèche devrait en avoir conscience – et cela devrait avoir un sens pour raconter ce qu’il veut dire.

La ponctuation c’est plus de clarté, de confort pour le lecteur et de qualité d’écriture. Ce n’est pas pour rien qu’elle serait apparue avec les grammairiens de la Grèce antique.

En effet, aussi étrange que cela puisse nous paraître, la ponctuation n’a pas toujours existé. Longtemps les textes ont été une longue suite de signes alignés les uns derrière les autres. Ni majuscule, ni marques de séparation, ni même d’espaces entre les mots. Autant vous dire qu’on ne lisait pas un manuscrit, on le déchiffrait bel et bien.

C’est autour du deuxième siècle avant J.C. qu’une amorce de codification a vu le jour. Beaucoup plus tard, les scribes ont commencé à utiliser les trois points et à former des paragraphes. Sont nés ensuite, petit à petit, les signes que nous connaissons aujourd’hui. Ainsi que d’autres qui, n’ayant rencontré aucun succès, sont tombés dans l’oubli : la virgule d’exclamation, le point exclarrogatif ou interrobang, le point d’ironie par exemple.

Êtes-vous curieu.x.se. ? Pour en savoir plus sur l’histoire de la ponctuation je vous invite à vous rendre ici.

Nous allons nous intéresser, pour notre part, uniquement au bon usage de la ponctuation en français actuel.

  • La virgule ( , )
  • Le point ( . )
  • Le point-virgule ( ; )
  • Les deux-points ( : )
  • Les points de suspension ( … )
  • Le point d’interrogation ( ? )
  • Le point d’exclamation ( ! )
  • Les guillemets « »
  • Les parenthèses ( )
  • Les crochets [ ]
  • L’astérisque ( * )
  • La barre oblique ( / )
  • Le tiret ( – )
ponctuation : la virgule

Ponctuation : l’usage de la virgule (,)

La virgule permet de marquer une courte pause dans la phrase. C’est un séparateur qu’on utilise fréquemment pour laisser le lecteur respirer et donner du rythme.

Dans une énumération

Je dois rapporter du pain, de la confiture, du miel, des tomates et une salade.

  • Pour séparer des mots, des groupes de mots ou dans le cas où elles sont articulées avec « et », « ou », « ni » (lorsqu’on les répète plus de deux fois) :

Elle n’aime pas le poisson en conserve : ni sardines, ni maquereau, ni thon.

  • Pour remplacer les conjonctions « et », « ou », « ni » (la conjonction n’apparaît qu’avant le dernier mot) :

Vous avez la possibilité de prendre du chocolat, du pain, du beurre et de la confiture.

Devant des mots, groupes de mots ou des prépositions pour changer le rythme de la phrase ou accentuer un sens que l’on souhaite donner

Je mangerai, mais un peu plus tard.

Nous irons au cinéma, car je sais que tu as besoin de te changer les idées.

Pour mettre en relief un élément placé en tête de phrase

Aux États-Unis, beaucoup de personnes croient que la Terre est plate.

Moi, je ne suis pas d’accord.

Exception : lorsqu’on inverse les sujets, les éléments placés en tête de phrase ne sont pas séparés par une virgule.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  Les 5 meilleurs blogs féminins [+1] pour écrivains en [mauvaise] herbe

Dans le couloir tu trouveras mon parapluie.

Pour isoler ou encadrer des mots, groupes de mots ou propositions qui donnent des informations complémentaires

Les chiens, fatigués par cette longue promenade, se sont couchés sous l’escalier.

Tu dois prendre rendez-vous chez le dentiste, dit maman.

Pour signifier un déroulement dans le temps

Je la rencontre par hasard, je la remarque, je lui demande son prénom, elle me répond « cela ne te regarde pas ».

Après le nom de lieu dans l’indication des dates

Grenoble, le 17 octobre 1973.

Règles d’écriture : En français la virgule suit directement le mot. Elle est toujours suivie d’une espace. A retenir : la virgule précède toujours l’abréviation « etc. ».

Utilisez la virgule à bon escient, ne tronçonnez pas inutilement vos phrases en petits morceaux. Si vous avez un doute, relisez-vous à voix haute en marquant les pauses.

ponctuation : le point

Ponctuation : l’usage du point (.)

Le point s’utilise pour clôturer une phrase. Vous le saviez. S’il y a bien une chose dont on est certain, c’est celle-ci. Mais savez-vous qu’à l’exception des titres, de livres ou de films par exemple, toute phrase nominale, c’est-à-dire sans verbe, doit aussi se terminer par un point (ou un point d’exclamation, d’interrogation, voire trois points de suspension).

Voici une très bonne occasion de me faire connaître.

Quelle chance, cette rencontre !

A retenir : le point suit directement le dernier mot de la phrase. Il est suivi d’une espace, avant la majuscule d’ouverture de la phrase suivante.

ponctuation : le point-virgule

Ponctuation : l’usage du point-virgule ( ; )

Le point-virgule se situe… entre la virgule et le point. Il permet de marquer une pause plus importante que celle de la virgule, mais plus légère que celle du point.

Il est aujourd’hui un peu tombé en désuétude et on l’utilise de moins en moins. C’est peut-être dû à sa délicatesse d’emploi.

Il marque une séparation nette entre deux parties de phrases en rapport, mais pouvant très bien fonctionner l’une sans l’autre. Il est régi par des règles strictes.

Séparer des propositions ou expressions présentant un lien logique

L’alizée a soufflé tout l’après-midi ; les plantes en pots ont besoin d’eau.

Lorsque la deuxième proposition débute par un adverbe

Il était un peu perdu au lycée en ce premier jour ; heureusement son ami Gilles était dans la même classe.

Pour mettre en parallèle deux propositions

Je prendrais une salade de fruits ; Gilles a choisi des profiteroles.

A retenir : Le point-virgule s’utilise toujours en milieu de phrase. Il est suivi d’une minuscule, à moins que la deuxième partie de la phrase ne justifie l’emploi d’une majuscule.

Marc jouait au football ; Isabelle préférait le ping-pong.

Pour séparer les termes d’une liste introduite par un deux-points

Ne pas oublier d’emporter :

–1 gourde d’eau ;

–1 vêtement chaud ;

–1 lampe électrique.

A retenir : En français le point-virgule est précédé et suivi d’une espace.

ponctuation : les deux points

Ponctuation : l’usage du deux-points ( : )

On utilise le signe deux-points pour annoncer ce qui suit. Lapalissade ? Pas sûr.

Une énumération

Les trois meilleurs joueurs sont : Thomas, Stéphanie, Nicolas.

Une citation ou des paroles rapportées

Nelson Mandela a dit : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Lorsque sa voiture tomba en panne en rase campagne, il soupira : « Flûte ! La panne sèche.»

Une explication ou précision (relation de cause ou de conséquence)

Je prévois de passer la journée à la plage : il fait si beau !

Je n’ai pas regardé ce film jusqu’à la fin : trop de violence pour mon goût.

A retenir : Les deux-points sont précédés et suivis d’une espace. Ils sont suivis d’une lettre minuscule, sauf lorsqu’ils annoncent une citation.

les points de suspension

Ponctuation : l’usage des points de suspension (… )

Les trois points de suspension peuvent être utilisés dans différents cas. Ils expriment un sous-entendu, un doute, un silence, ou encore une interruption, lorsque dans un dialogue l’un des personnages coupe la parole à l’autre. Plusieurs cas peuvent se présenter.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  Les 5 meilleurs blogs [+1] de conseils aux écrivains

La phrase commencée est suspendue lorsque la confusion s’installe

Bon sang de … Je vais devenir chèvre !

Une hésitation en cours de phrase

C’était en… 1991, je crois.

Remplacement de « etc.»

En quarante ans de carrière comme guide touristique, j’ai visité de nombreux pays à travers le monde  : tous les pays d’Europe, mais aussi d’Asie, le Mexique, le Costa Rica, la Colombie, l’Argentine, le Chili, le Sénégal, la Mauritanie, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie…

Suivre immédiatement l’initiale d’un nom propre ou d’un mot que l’on ne veut pas prononcer

Si vous ne me croyez pas, demandez donc à Madame B… !

Impossible de me connecter à ce p… de réseau.

A retenir : Entre crochets, les points de suspension indiquent une coupure dans une citation. Contrairement à ce qu’on aurait tendance à écrire, ils ne sont jamais utilisés après « etc. »

point d'interrogation

Ponctuation : l’usage du point d’interrogation ( ? )

Le point d’interrogation se place toujours à la fin d’une question directe. Dans l’interrogation indirecte, on utilisera le point.

Est-elle arrivée déjà arrivée ?

Je me demande si elle est arrivée à cette heure-ci.

Placé entre parenthèses, le point d’interrogation indique une incertitude.

Si ma mémoire est bonne, c’était 13 ( ? ) mars 1964.

A retenir  : le point d’interrogation est précédé et suivi d’une espace.

ponctuation : le point d'exclamation

Ponctuation : l’usage du point d’exclamation ( ! )

Le point d’exclamation exprime la joie, la surprise, l’exaspération. On le place aussi après l’interjection ou le mot qui marque l’exclamation. On peut le placer à la fin d’une phrase pour signifier son intonation.

Oh non ! Elle n’est pas près d’arriver !

A retenir : Le point d’exclamation est précédé et suivi d’une espace, même en cours de phrase.

les guillemets

Ponctuation : l’usage des guillemets ( «  » )

Les guillemets encadrent les paroles ou écrits de quelqu’un, permettant de le citer. Ils sont également utilisés pour nuancer un mot ou une expression, ou indiquer un contexte spécifique.

Chaque matin je médite une demi-heure, après quoi je suis « relax » toute la matinée.

Les guillemets s’utilisent pour ouvrir et fermer les dialogues. Toutefois, on trouve de plus en plus souvent, y compris dans des ouvrages publiés par de grandes maisons d’édition, la forme directe, sans guillemets. Sentez-vous libres de faire comme bon vous semble. Personne ne vous en voudra.

Les guillemets peuvent encadrer une phrase entière, ou seulement un mot ou un groupe de mots. La place du point en est affectée.

« Elle reviendra bien un jour. »

Elle a dit qu’elle reviendrait « un jour ».

Selon la police de caractères, les guillemets seront en « chevrons » ou droits. C’est parce qu’il y a, comme souvent, une norme française (« en chevrons ») et une norme anglo-saxonne (“droits”). Cela n’affecte pas la compréhension. Ne vous en préoccupez pas.

A retenir : Les guillemets sont précédés et suivis par une espace, d’ailleurs les logiciels de traitement de texte en tiennent compte.

les parentheses

Ponctuation : l’usage des parenthèses ( )

Les parenthèses permettent d’ajouter un commentaire, une précision, etc. Elles signalent des variantes, la plupart du temps de genre ou de nombre.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  Une bonne solution pour publier des nouvelles : les appels à textes des revues littéraires.

Cher(e)s ami(e)s de l’association bouliste de Brive-la-Gaillarde, le repas annuel aura lieu samedi en quinze à la salle des fêtes.

Tous les candidats se présenteront au bureau de l’administration (accueil ouvert à partir de 14 heures).

ponctuation : les crochets

Ponctuation : l’usage des crochets [ ]

Les crochets sont utilisés pour ouvrir une parenthèse à l’intérieur d’une parenthèse

(Peter Handke [1942 – ? ] a reçu le prix Nobel de littérature en 2019.)

Indiquer une coupure dans une citation lors d’une citation

« Je marchai jusqu’au Parc aux daims, passai devant les lugubres enclos grillagés remplis d’animaux aux yeux morts, et traversai le pont pour rejoindre le District Park. […] Ici, point de cage avec des daims inertes et des lapins inanimés. » (Tarun J. Tejpal, « Loin de Chandigarh »).

Les parenthèses et les crochets sont collés aux caractères qu’ils enferment, suivis et précédés par des espaces normales.

asterisque en ponctuation

Ponctuation : l’usage du l’astérisque ( * )

L’astérisque s’emploie en appel de note (*) (**) (***). S’il y a plus de trois notes dans la page, on préférera une numérotation.

On la trouve aussi à la place des points de suspension après l’initiale d’un nom propre.

J’ai croisé Madame C*** et Monsieur P*** ensemble, le croirez-vous ? 

barre oblique ou slash

Ponctuation : l’usage de la barre oblique ( / )

La barre oblique, aussi appelée « slash », son nom anglo-saxon, est employée pour les unités de mesure.

En France, la vitesse sur les routes nationales est limitée à 90 km/h.

tirets en ponctuation

Ponctuation : l’usage des tirets ( – )

Avec le point-virgule, le tiret (en particulier le tiret cadratin) est le signe qui pose le plus problème aux écrivains.

Le tiret cadratin, à ne pas confondre avec le trait d’union, est utilisé dans les dialogues pour marquer le changement d’interlocuteur. Pour tout savoir à ce sujet, rendez-vous sur l’article de Nicolas, je ne ferai pas mieux.

Le tiret simple (touche 6 de votre clavier) s’emploie aussi dans les énumérations et parfois comme parenthèses.

J’ai cuisiné toute la journée – bien que la boutique soit restée ouverte – pour t’accueillir avec un plat que tu aimes.

Le tiret peut également représenter le signe moins (12 – 5 = 7). Cependant, dans les textes littéraires, on préférera écrire en toutes lettres « douze moins cinq égale sept ». A noter que “égale” dans ce cadre est strictement invariable.

Conclusion

J’espère que ces règles de la ponctuation française vous seront utiles ; maîtriser la ponctuation est indispensable pour écrire correctement. Toutefois, ne vous sentez pas obligés d’en faire votre cheval de bataille !

Georges Perec (1936-1982), du mouvement littéraire Oulipo, a écrit le plus long texte (« L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation » [88 pages]) sans ponctuation, hormis le point final !

Pour ceux à qui ces nombreuses règles donnent mal à la tête, sachez que je vous comprends très bien. Contentez-vous des signes les plus courants, que vous maîtrisez déjà sans doute. Point, virgule, exclamation, interrogation, trois points, suffisent la plupart du temps à rendre un texte intelligible.

Et si besoin, consultez un.e pro.

Pour télécharger ce dossier (et même un peu plus) pour y revenir lorsque le besoin s’en fait sentir, cliquez ici.

Partager l'article :

Ecrivez un commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.

%d blogueurs aiment cette page :