Lire Olivier Rogez avec la langue des oiseaux 🎧📖

Aujourd’hui je vais vous parler de la langue des oiseaux, des noms de personnages, d’Olivier Rogez et de son second magnifique roman, “Les hommes incertains“.

Aujourd’hui je vais vous parler de Iouri.

Parenthèse : pour compléter cet article, je vous conseille de lire également celui-ci : 9 clés pour donner profondeur et épaisseur à vos personnages de fiction.

langue-des-oiseaux-olivier-rogez-couverture-livre-pin1

➡️Vous souvenez-vous du Sergent Dida?

Si vous avez suivi mes premiers podcasts maladroits, vous vous souvenez peut-être de la voix d’Olivier Rogez, lisant un extrait de son roman “L’ivresse du sergent Dida” et de mon article qui l’accompagnait.

Pour mémoire, l’ivresse a reçu le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres du premier roman 2017 et à ce titre il s’est retrouvé sur la table des nouveautés de ma médiathèque préférée quelque deux ans plus tard, où je l’ai rencontré.

Laquelle médiathèque est depuis fermée au public pour des raisons que vous connaissez tous. Il paraît qu’on a pas le choix.

La tragédie n’est pas toujours où on pense la trouver.

Mais c’est un autre sujet.

➡️Les Hommes incertains… d’un certain Olivier Rogez

Aujourd’hui, donc, parlons un peu de Iouri Stepanovitch Nesterov, personnage principal des “Hommes incertains”, second roman d’Olivier Rogez.

Olivier aime les révolutions. Ou en tout cas, il aime concilier roman et bouleversements politiques.

Il n’est pas le seul, me direz-vous. Soit !

Les hommes se déroule à Moscou, en 1989, en pleine perestroïka, juste avant la destruction du mur de Berlin, et raconte les jeux de pouvoir et les manœuvres auxquelles se livre ledit Iouri, haut fonctionnaire du KGB, pour parvenir à ses fins : changer le monde sans renoncer aux costumes Armani.

Qui est-il, ce Iouri ?

Iouri est brillant à tous égards.

Progressiste, égaré par choix au sein d’un pouvoir calcifié vestige d’une époque en voie de révolution, il navigue à vue entre politiques, espions, hommes d’affaire et mafieux, et joue un jeu dangereux, ne reculant devant aucune trahison.

Il doit aussi prendre le temps de s’occuper de sa famille et de ses amours.

Rogez nous fait entrer dans ses pensées les plus intimes et ses ressentis les plus profonds. Les hommes n’est pas un roman d’action, bien qu’il n’en soit pas dépourvu, loin de là.

Tous ces petits bonheurs de lecture

Une kyrielle de personnages hauts en couleurs, plus ou moins secondaires et parfaitement maîtrisés habitent l’Union soviétique de Rogez, qui nous peint avec bonheur ce qu’il connaît bien.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧🖋️10 astuces pour (bien) écrire de la fiction

Un frère, un neveu, une petite amie, une voyante, un “mystérieux starets”… un chauffeur de taxi, une vieille dame, des fonctionnaires, des artistes, des hommes de main et des hommes de paille, la vodka… et surtout Moscou, ville éternelle, et l’égrégore menaçant d’un régime totalitaire à l’agonie, long hiver qui tente de survivre malgré les premiers bourgeons du printemps.

Rogez connaît son affaire et s’en donne à cœur joie. Impossible de ne pas plonger dans son univers. Nous sommes à Moscou, sans aucun doute, et nous éprouvons la nostalgie de la Russie éternelle et de tout ce qu’elle a de magique et de terrifiant à la fois.

L’écriture de Rogez s’affine et se précise.

Le portrait du peuple russe brossé par Rogez déclenche notre tendresse et notre admiration. Les descriptions qu’il fait de la ville où (presque) toute l’action se déroule et de ses habitants révèlent une plume maîtrisée et poétique au service d’une âme sensible.

Le choix de la narration au présent et la conduite de l’intrigue jusqu’à la surprise finale, terme logique mais non attendu avec lequel nous cheminons encore après avoir refermé le livre, en font un bien meilleur roman encore que L’ivresse du Sergent Dida, pourtant distingué par un prix prestigieux.

En clair, je vous conseille fortement la lecture des hommes, ne serait-ce que pour que vous me disiez s’il vous est sympathique, ce Iouri, ou si vous le méprisez.

Pour ma part, j’ai tranché, mais ce ne fut pas évident dès les premières pages.

Je ne vous dirai rien de plus à ce sujet, teaser oblige.

langue-des-oiseaux-olivier-rogez-pin3

➡️Et la langue des oiseaux, au fait ?

J’y viens.

Au fil de ma lecture, j’ai été interpellée par un aspect de Iouri qui ne touche que moi seule, du moins de cette façon.

Il s’agit de son nom et de la façon dont il résonne dans mon inconscient de lectrice occidentale.

Ayant aussi pondu un article “comment choisir le nom de vos héros” donnant des exemples tirés de romans célèbres, à l’époque où je cherchais comment nommer les personnages de ma propre fiction, je suis sensibilisée à ce que véhicule le langage des oiseaux.

La langue des oiseaux, qu’est-ce que c’est ?

Le langage des oiseaux, c’est le sens caché des mots. D’après le site spécialisé

La langue des oiseaux est l’étude des sens cachés des mots. Elle permet de saisir et comprendre les sens profonds d’un mot, d’une identité, d’une pathologie, d’un concept…

Personne ne sait exactement pourquoi elle est appelée « langue des oiseaux » ni vraiment d’où elle vient. Plusieurs hypothèses ont été avancées mais aucune n’est avérée. Certains voyaient en l’oiseau un trait d’union entre le ciel et la terre. Il pouvait donc être considéré comme un messager divin venant chanter des chansons dont les paroles échappent aux humains

D’autres pensaient qu’à l’origine cette langue s’appelait la « langue des oisons » et qu’elle avait été créée par une confrérie secrète liée aux bâtisseurs de cathédrales afin de crypter des connaissances.

Si nous ne connaissons pas son origine de manière certaine, nous savons que c’est un système qui a été utilisé par les mystiques comme les soufis, les alchimistes et d’autres pour crypter des textes et les rendre hermétiques au commun des mortels.

Cette langue a également été utilisée par des auteurs pour masquer la dimension ésotérique de certaines œuvres ou, plus pragmatiquement, par les commerçants pour créer leurs enseignes ou les noms de leur commerce. 

languedesoiseaux.fr

La langue des oiseaux et l’alchimie

Un autre grand spécialiste de la langue des oiseaux est Patrick Burensteinas, poète, chercheur et alchimiste opératif de son état.

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  Comment devenir écrivain : deuxième partie [2/4] 🎧

Si vous ne l’avez jamais entendu décortiquer “Une souris verte”, je vous recommande cette courte vidéo, qui vous plongera dans un autre monde et changera le cours de votre journée en vous immergeant dans la joie ou dans l’hébétude, au choix.

Au-delà la dimension ésotérique, la langue des oiseaux me permet bien souvent de déchiffrer ce qui se trame dans mon inconscient, à l’insu de mon plein gré, comme dirait l’autre.

➡️Iouri Stepanovitch Nesterov à l’épreuve de la langue des oiseaux

Je vous explique comment ça s’est passé. Dans mon esprit, tout le temps qu’a duré ma lecture des hommes, le personnage s’est appelé Iouri Nesterov. Le patronyme “Stepanovitch” (fils de Stéphane), je l’ai oublié tout de suite.

Pourtant, cette habitude russe d’indiquer la filiation en juxtaposant le prénom du père doté d’un suffixe claquant comme un drapeau (itch, iévitch, ovitch) me plaît beaucoup en bouche.

Pour les dames, on fait de même , toujours à partir du prénom du père, mais le suffixe, ovna, iévna ou otchna, est beaucoup plus doux. Allez savoir pourquoi.

Je ne retenais que Iouri Nesterov et je n’arrêtais pas de revenir à ce nom, qui m’intriguais, sans comprendre pourquoi.

Puis je l’ai examiné au travers du filtre de la langue des oiseaux.

Et j’ai compris.

Suivez-moi, n’ayez pas peur. Ça va être un peu plus olé olé, mais pas longtemps, c’est promis.

Tout d’abord, qu’est-ce que j’entends dans Iouri [avec la langue des oiseaux] ?

Un prénom célèbre dans le monde entier depuis Gagarine, premier homme dans l’espace. Lorsqu’on me dit Iouri, je pense à Gagarine. A un précurseur. A l’inconnu. Au danger. A la première fois.

J’entends aussi You rit, c’est-à-dire “tu rit”. La langue des oiseaux se moque de savoir si vous parlez anglais ou français.

Ecoutez d’urgence la vidéo de Burensteinas si vous l’avez remise à plus tard et si quelque chose vous échappe ici.

Enfin, en français, le mot le plus proche de Iouri est… Youpi ! Que du positif, donc.

Qu’est-ce que j’entends dans Nesterov [avec la langue des oiseaux] ?

J’entends :

  • nest : nid en anglais,
  • ero : héros ?
  • ov : œuf ? Pourquoi pas, puisque nous avons déjà le nid.

Si je résume tout ça, le message inconscient que m’envoyait à son insu Olivier Rogez, en nommant son héros Iouri Nesterov, pourrait se dire en quelques mots :

  • naissance d’un héros joyeux,
  • un autre monde couve,
  • rire du danger…

Ce qui colle parfaitement avec l’histoire qui est racontée et la personnalité de Iouri.

➡️Ce qu’en dit Rogez lui-même

Redevenant sérieuse un instant, je me suis tournée vers l’auteur lui-même afin qu’il m’explique comment il avait fait son choix.

Voici, en intégralité, sa réponse :

Je suis ravi de répondre à vos questions ! Et merci de faire vivre encore “Les hommes incertains”, c’est pour moi très important. 

En ce qui concerne Iouri Nesterov, deux choses.

D’abord c’est le nom d’un ami russe mais je l’ai aussi choisi car c’est un nom dérivé du grec Nestor, héros de la guerre de Troie, il était réputé le plus “sage” des héros, et ses conseils étaient écoutés. C’est un héros grec qui a aussi eu une enfance difficile Héraclès, (Hercule) ayant massacré sa famille… voilà ce que j’ai trouvé en cherchant une “identité” à  ce nom.

Quant au prénom, Iouri, il est assez commun, là aussi dérivé du grec. Gueorgui. Mais je l’ai choisi car ce prénom me rappelle le prince RIOURIK, l’un des personnages les plus célèbres de l’histoire russe. Premier prince de Novgorod, il est considéré comme l’un de ceux qui ont façonné la Russie en unifiant plusieurs petits royaumes. Riourik est un héros pour les Russes, dans le sens grec du terme. Et j’aimais bien l’idée que la sonorité de Iouri se rapproche de celle de Riourik.

Alors, je tiens quand même à préciser que le choix de Iouri Nesterov s’est fait dans un premier temps sans que j’en cherche le sens. Mais après quelques semaines en sa compagnie, je me suis penché sur ces aspects symboliques en faisant des recherches, et je trouvais que cela correspondait bien à mon personnage, du moins aux différentes dimensions que je voulais lui donner. Je suis d’emblée parti avec ce nom, ce qui n’est pas toujours le cas, certains de mes personnages peuvent changer de nom en cours d’écriture, ce qui ne fut pas le cas pour monsieur Nesterov !

Olivier Rogez

Voila qui nous éclaire, n’est-ce pas ? Vous avez bien noté que ce nom s’est imposé de lui-même et que la question du sens est venue ensuite ?

Les lecteurs de cet article ont lu aussi :  🎧🖋️Blocage de l'écrivain : comment le surmonter

On pourrait extrapoler longtemps. Par exemple, se dire que les parents de Iouri Gagarine, connaissant Riourik, avaient prénommé leur fils pour qu’il devienne un précurseur lui aussi et ont réussi au-delà de toute espérance. Ce qui est absolument invérifiable, mais doit-on absolument tout vérifier ?

➡️Conclusion : en littérature, un nom n’est jamais anodin.

Pour autant, ne perdez pas de temps à chercher le nom qui va bien. Il s’imposera de lui-même au fil de votre écriture.

Il se peut ainsi que vous rédigiez 300 pages mettant en scène Clémentine ou Bernadette… et qu’un jour vous vous réveilliez avec l’absolue certitude que votre héroïne se nomme en réalité Marie-Joséphine !

Lorsque vous examinerez ça de près, vous en comprendrez encore un peu plus sur votre personnage et ce que votre inconscient vous envoie comme message pour vous aider à progresser en écriture.

Je vous souhaite beaucoup de joie et de belles lectures, parmi lesquelles les livres d’Olivier Rogez.

Pour ma part, je crois que je vais m’intéresser de très près aux Editions Le Passage.

N’hésitez pas à visiter mon site en long, en large et en travers, c’est bon pour mon référencement.

Ecoutez aussi le podcast de cet article, je vous y lis la présentation de Iouri en quelques pages, par son papa, Olivier Rogez, en espérant que cela vous donnera encore plus envie de lire.

Pour progresser plus vite en écriture et échanger avec d’autres écrivains, rejoignez le groupe Facebook des passionnés : L’Atelier de fiction

C’est un atelier d’écriture créative en ligne où sont publiés et commentés de nouveaux exercices plusieurs fois par semaine.

A TOUT DE SUITE DE L’AUTRE CÔTE
Partager l'article :

4 réponses à “Lire Olivier Rogez avec la langue des oiseaux 🎧📖”

  1. Intéressant, je ne connaissais pas.

    Original cette lecture sous forme de podcast

    Merci

  2. Merci pour ce podcast, et pour avoir contacté l’auteur. On n’a jamais vraiment l’opportunité de savoir comment les noms, lieux décors sont choisis. On les accepte et on se familiarise avec eux au fil des pages. Il est donc agréable de jeter un coup d’oeil de l’autre côté du miroir. En tous cas, j’ajoute ce livre à ma longue liste de lecture.

    1. J’aime bien contacter les auteurs mais ce n’est pas toujours simple. Olivier Rogez répond dans l’heure aux mails que je lui envoie, et il a lui-même proposé d’enregistrer l’extrait que je voulais podcaster pour “L’ivresse du Sergent Dida”, après quoi il s’est exécuté dans la demie-journée. Un mec décidé qui ne joue pas les stars, quoi.

Ecrivez un commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.

%d blogueurs aiment cette page :